Route Boké-Bissau : un véritable casse-tête chinois pour les usagers

Le tronçon Boké-Bissau, via la sous-préfecture de Dabiss, est présentement quasi impraticable. Des nids de poules et des marigots sans aucun ouvrage de franchissement sont le lot quotidien des usagers de ce tronçon, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture de Boké.

En cette période de fin de la saison pluvieuse, il est impossible pour les véhicules de s’y aventurer. Pour se rendre en Guinée Bissau, les citoyens de Boké sont obligés de partir à Conakry avant de s’embarquer pour N’gabou. Pourtant, le tronçon Boké-Bissau est plus court. Mais, les crevasses et autres fossés le long de la route ne favorisent pas la traversée.

Une situation qui fait l’affaire des taxi-motards qui règnent en maîtres sur les lieux en surfacturant les usagers. En général, les frais de transport sur ce tronçon varient de 250 mille à 400 mille francs guinéens avec les motards. Ce prix dépend aussi du client, selon qu’il soit pressé ou pas. Autant dire qu’il n’y a aucune réglementation sur ce tronçon.

La route Boké-Bissau se caractérise par les flaques d’eau qui, par endroit, empêchent les conducteurs de motos de rouler même à 10 km à l’heure. En cours de route, il y a la traversée du fleuve Cogon. A cet endroit, des piroguiers sont aux aguets et attendent les passants. Là, chaque passager débourse la somme de 6 mille francs guinéens. Pour la moto, il faut payer 10 mille francs pour passer.

Il faut signaler que c’est seulement du côté guinéen que l’on constate cette situation. Après avoir traversé le voyageur continue sans peine sur les routes bissau-guinéennes.

Abdourahmane N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tél : 628 98 49 38

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS