Les problèmes qui entourent la  mise en place des exécutifs des conseils communaux et la grève des enseignants en cours, ont été les principaux sujets débattus au siège du Parti de l’Unité et du Progrès(PUP), ce samedi 20 octobre 2018. C’était à l’occasion de son assemblée générale hebdomadaire présidée par le leader du parti, Elhadj Fodé Bangoura, entouré des membres du bureau politique national, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Évoquant la question de la  mise en place des exécutifs des conseils communaux, Fodé Bangoura estime que le processus souffre d’une mauvaise organisation. « C’est un processus émaillé du début à la fin  de problèmes. Depuis le 04 février 2018, on est dans des problèmes. Tout cela parce que c’était  mal organisé, mal agencé, mal exécuté. Et,  on n’arrive pas à s’en sortir jusqu’à ce qu’il y ait morts d’hommes.

Quand un Guinéen meurt, c’est toute la Guinée qui est endeuillée. Cela ne doit pas se faire, nous voulons la paix, le calme dans ce pays. Il n’y a pas de développement et de progrès sans la paix », a indiqué le président du PUP devant ses militants rassemblés au siège du parti.

Fodé Bangoura rappelle que son parti a eu plus d’une quarantaine de conseillers élus lors des élections locales du 04 février 2018. Mais, dit-il, « avec ce processus d’installation qu’ils ont entamé, ils font en sorte que dans certains endroits, le PUP  n’assiste même pas aux opérations. On leur crée des conditions pour qu’ils ne viennent même pas ».

Selon le dirigeant de l’ancien parti au pouvoir, « la Guinée ne peut pas décoller si tous les jours on brûle des pneus dans la rue, on enterre des victimes, on soigne des blessés. Il faut qu’on mette fin à ça ». Et pour mettre fin à ça justement, l’ex-ministre d’Etat, ministre secrétaire général à la présidence sous l’ère Lansana Conté, préconise le respect de la loi.

« La bonne manière de mettre fin à ça,  c’est l’application de la loi. Si on laisse les textes de loi et on fait des arrangements pour déshabiller Paul et habiller Pierre, on aura toujours des conséquences malheureuses », a-t-il dit.

Parlant de la grève des enseignants lancée par le SLECG depuis le jour de la rentrée scolaire en Guinée, Elhadj Fodé Bangoura souhaite que le gouvernement et le syndicat des enseignants fassent tout pour trouver un compromis afin de permettre aux enfants d’étudier. « Nous sommes tous des parents d’élèves, alors nous sommes tous concernés, nous sommes tous préoccupés. Nous sollicitons auprès des acteurs en face de se comprendre, de s’asseoir, s’expliquer, parce qu’ils sont tous des guinéens, personne n’a des armes en main. Pourquoi ne pas s’asseoir et trouver une solution pour que tous les élèves aient droit à l’enseignement », a lancé le président du PUP.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin