Violences à l’occasion de l’installation des conseils communaux : le PADES accuse le pouvoir

Le Parti des Démocrates pour l’Espoir (PADES) s’indigne face aux violences qui émaillent le processus d’installation des conseils communaux en cours dans notre pays. Le parti de Dr Ousmane Kaba a évoqué cette situation à l’occasion de son assemblée générale de ce samedi, 20 octobre 2018, accusant le pouvoir d’être le responsable de ces violences, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Mamadou 2 Barry

« Vous avez appris que notre conseiller du côté de Sabadou Baranama a été agressé par le pouvoir en place, c’est ça aussi la gouvernance Alpha. Vous savez, on devait tout faire pour encourager la démocratie à la base mais malheureusement, aujourd’hui ce n’est pas ça. Le pouvoir a tout fait pour essayer de diviser les citoyens à la base, et aujourd’hui c’est ce qui arrive. Quand vous allez à Kindia, c’est devenu pratiquement une ville fantôme ; vous allez à Ouendekenema, c’est autre chose ; à Banfèlé même, des enfants de la même famille sont en train de se bagarrer. Tout cela, je crois, il faut le mettre au compte de la gouvernance d’Alpha. Parce que c’est lui qui gère, c’est lui qui a organisé avec la CENI les élections », a déclaré Mamadou 2 Barry, responsable de la communication du PADES.

Il ajoute que cette situation « est la conséquence directe de la mauvaise organisation des élections locales. Et vous savez, depuis février on n’a pas pu installer les conseillers communaux, ce n’est que maintenant que nous le faisons. Et tout cela, c’était d’abord pour distribuer des fausses promesses, faire des alliances, des trahisons, c’est tout ce jeu qui est en train de se passer.

Mais, puisque le pouvoir, c’est lui qui a l’argent, il a tous les moyens, il est en train de sortir les conseillers qui ont la majorité dans leurs localités au profit de ses conseillers. On est en train de tout faire, sauf l’installation des conseillers communaux. Ce gouvernement est en train de passer carrément à côté. C’est ça la gouvernance de Alpha. On clignote à gauche, on va à droite ».

Autre question évoquée par le PADES au cours de cette assemblée générale, c’est la perturbation des cours depuis la rentrée scolaire, suite à la grève des enseignants déclenchée par le SLECG. A ce niveau Mamadou 2 Barry estime qu’on est en train de sacrifier l’avenir de la Guinée. « Nous déplorons ce qui se passe au niveau de l’éducation. Il y a juste quelques jours, le secrétaire général du ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, déplorait le fait qu’il y a plus de 4 mille enseignants dans leurs mains, mais ils ne savent pas qu’en faire.

Mamadou Thug

Mais, c’est des militants qu’on avait, à un moment, déversé au compte de l’éducation et qui ne peuvent pas être en situation de classe, parce que simplement ce ne sont pas des gens qui ont la qualification requise. Et, nous pensons qu’on est en train de sacrifier l’avenir de ce pays parce qu’on ne peut parler de développement que quand on parle d’éducation. Le développement d’un pays passe forcément et inévitablement par l’éducation.

On ne peut pas révolutionner l’éducation si on ne prend pas en considération les enseignants. Le gouvernement est en train d’utiliser un plan B en ramenant des gens retraités et des gens qui n’ont aucune expérience, ce n’est pas du tout la bonne mesure. Donc, le PADES demande au gouvernement de tout faire pour ramener les gens autour de la table des négociations », a fait savoir le responsable de la communication du PADES.

A noter que cette rencontre a été marquée par la présence du comédien, Mamadou Thug, qui mène une tournée dans les états-majors des partis politiques pour sensibiliser les responsables et leurs militants sur la paix et l’unité nationale.

Mamadou Laafa sow pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS