Après avoir été reportée hier à la demande des responsables locaux du RPG Arc-en-ciel, l’élection de l’exécutif du conseil communal de Kollet (Préfecture de Télimélé). Le parti au pouvoir a remporté cette élection qui s’est déroulée sans les conseillers de l’UFDG. Ces derniers ont quitté la salle pour protester contre le remplacement de trois élus du RPG Arc-en-ciel par d’autres personnes qui ont voté à la place des conseillers, rapporte un envoyé spécial de Guineematin.com sur place.

Cette élection s’est tenue après un grand retard dû au remplacement par le RPG Arc-en-ciel, de trois de ses conseillers par d’autres personnes non élues. Les trois conseillers dont deux ont été élus sous les couleurs du parti au pouvoir et l’autre sous les couleurs de l’ex-GPT, ne s’inscrivaient plus, semble-t-il, dans la ligne de leur camp politique. Ils sont venus protester contre leur remplacement.

Après plusieurs discussions, les trois élus ont dû quitter les lieux. Les cinq conseillers de l’UFDG sont sortis également pour protester contre cette situation. Malgré l’absence des trois élus remplacés et des cinq conseillers de l’UFDG, l’élection s’est tenue. A l’issue du vote, Mamadouba Camara, le candidat du RPG Arc-en-ciel a été élu maire de Kollet devant le candidat de l’UFR. Ce dernier a contesté les résultats et a boudé aussi la salle, dénonçant une mascarade électorale.

Les élections se sont tout de même poursuivies. Mamadou Oury Bah et Oumar Camara, tous du RPG Arc-en-ciel, ont été élus respectivement premier et deuxième vice maire. Après l’annonce des résultats, les militants du parti au pouvoir se sont rassemblés pour fêter la victoire de leur camp. De leur côté, les élus de l’UFDG et de l’UFR indiquent qu’ils ne reconnaissent pas l’exécutif mis en place.

A rappeler que le RPG Arc-en-ciel était arrivé en tête des élections locales du 04 février 2018 dans la commune rurale de Kollet avec 7 sièges ; l’UFDG est arrivée en deuxième position avec 5 sièges ; le GPT a obtenu 3 sièges ; l’UFR et l’UPR ont eu chacun 1 siège. Mais, avec les alliances, le parti au pouvoir a failli perdre le contrôle de la mairie. C’est d’ailleurs ce qui justifie, selon les opposants, le remplacement de trois conseillers du parti par des non élus.

Amadou Bailo Batouala Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com à Kollet

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin