La société African Industrie, SARL représentée par le directeur général adjoint, Pradeep Pathmanathan, trimballe deux de ses employés au tribunal correctionnel de Dixinn pour le détournement de 14 motos TVS sur les 78 qu’ils devaient envoyer à des clients, a appris un reporter que Guineematin.com avait dépêché au tribunal.

Mamadou Billo Diallo et de Boubacar Sidy Diallo, agents commerciaux de ladite société basée au grand marché de Madina sont les deux qui sont poursuivis dans une affaire de vente à crédits de quatorze motos.

Les deux compagnons d’infortune, qui travaillaient au compte de cette société, auraient pris des motos au sein de l’entreprise pour aller les livrer à la vente à crédit. Mais ce service, dit-t-on, n’a pas été convenablement effectué par les deux agents, car toutes les motos ne sont pas arrivées à destination.

C’est ainsi que Mamadou Billo Diallo et de Boubacar Sidy Diallo sont interpellés et placés sous mandat, le 10 septembre 2018, avant d’être conduits au tribunal correctionnel de Dixinn pour se faire juger.

A la barre, ils ont rejeté en bloc les faits d’abus de confiance portés contre eux. Ils ont expliqué que leur rôle dans cette société consistait à envoyer des clients pour que ceux-ci signent des contrats avec le syndicat de la société.

C’est dans ce cadre, disent-t-ils, « qu’on a réussi à envoyer 6 clients et ils ont signé avec le syndicat de la société. Ils ont fait sortir les motos. Donc, si les motos se perdent en cours de route, nous ne sommes pas responsables » a dit l’un des prévenus, Boubacar Sidy.

Pour livrer une moto vente à crédit au niveau de la société, explique le prévenu, il suffit de donner une avance de 1 million 500 mille francs guinéens et une pièce d’identité. « Si ces conditions sont remplies, on te remet une moto qui coûte 7 millions 500 mille francs guinéens, remboursable chaque semaine à hauteur de 195 000 francs guinéens, jusqu’à l’épuisement de la dette. C’est dans ce cadre qu’on a envoyé ces clients. Et la société leur a livré 78 motos. Maintenant, ils disent que 14 motos ont disparu, sans arriver à destination ».

Des arguments balayés d’un revers de main par le directeur général adjoint de la société African Industrie, SARL. Selon lui, les deux prévenus ont pris les motos dans le but d’aller les déposer au niveau du chef du syndicat des conducteurs de taxi-moto. « Mais, toutes les motos ne sont pas arrivées à destination. Parmi les 78 motos destinées au crédit-vente, 14 motos ne sont toujours pas arrivées à destination. Alors, moi je réclame mes motos », a insisté Pradeep Pathmanathan.

Le dossier a été finalement renvoyé au 1er novembre 2018 pour la suite des débats.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 654 416 922/ 664 413 227

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin