Dans la cadre de sa visite à Boké, le Premier ministre guinéen, Ibrahima Kassory Fofana, a inauguré hier vendredi 26 octobre 2018 le Centre d’Appui à l’Entreprenariat et à l’Insertion Professionnelle (CAEIP). Un centre construit dans l’enceinte de l’Institut Supérieur des Mines et de la Géologie de Boké.

Le chef du gouvernement était accompagné notamment, des directeurs généraux de l’AGUIPE et de l’ONFPP, rapporte le journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Situé à environ sept (7) kilomètres du centre-ville de Boké, le Centre d’Appui à l’Entreprenariat et à l’Insertion Professionnelle de Boké a pour objectif de promouvoir l’employabilité des jeunes et le développement des PME dans la région pilote de Boké. Le projet a été rendu possible, grâce à la collaboration entre l’Agence Guinéenne de Promotion et de l’Emploi (AGUIPE), l’Agence de Promotion des Investissements Privés (APIP) et l’Office National de Formation et de Perfectionnement Professionnels (ONFPP), sous l’impulsion du cabinet de la Primature, a-t-on appris sur place.

« Vous avez un centre dénommé Centre d’Appui à l’Entreprenariat et à l’Insertion Professionnelle. L’idée, c’est de travailler en synergie : l’AGUIPE, l’ONFPP et l’APIP à ce que les jeunes qui rentrent là, soient outillés à mieux aborder les séances de tests de recrutements, et ou à mieux être outillés à créer leurs entreprises. L’APIP, au-delà de créer sur place des entreprises, donnera des conseils quant à la nature des entreprises et tout autre chose dans ses prérogatives et donc dans ses missions.

L’AGUIPE travaillera à accompagner les demandeurs d’emploi qui sont les diplômés, que ça soit du supérieur ou du technique, à être outillés également, à avoir des formations complémentaires, à améliorer leur employabilité et à partager des informations sur des formations, sur le marché de l’emploi, pour qu’ils soient à même d’aborder des séances de recrutements. L’ONFPP également travaillera à accompagner les groupements et les initiatives liées aux formations », a expliqué Sékouba Mara, Directeur Général de l’AGUIPE.

Poursuivant, Sékouba Mara a indiqué que le fait que chaque structure travaillait à son niveau était un handicap qui ne permettait pas d’atteindre les objectifs préalablement fixés. « Ce qui est cher au gouvernement, c’est de se préparer à être des services qui sont en consortium. Donc, l’Etat se met en consortium pour arriver à exécuter les programmes de l’Etat ou des bailleurs de fonds ou des institutions. Ce centre pilote appartient à la région de Boké. Nous voulons bien nous préparer aujourd’hui à tout ce qui est contenu local prévu par le code minier, tout ce qui est accompagnement par rapport à la présence des entreprises ici, aux droits des autochtones, aux droits de la jeunesse de Boké », a-t-il ajouté.

Abdoulaye Yéro Baldé

De son côté, le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, a dit que le CAEIP a été mis gracieusement par son département à la disposition du ministère de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, tout simplement parce que le système éducatif est un tout. Cependant, précise Abdoulaye Yéro Baldé, « nous avons pris soin dans le contrat, de mentionner que ceux qui occupent ce bâtiment doivent contribuer à son entretien et à payer aussi l’électricité, l’eau etc.

Et, j’espère que directeur général veillera à cela, c’est un coût, donc il faut partager cela. Nous sommes heureux que ce centre soit installé dans notre institut parce que j’espère qu’il y aura une coordination entre ces deux institutions pour que de ce centre sorte les meilleurs et qu’ils soient pratiquement employables sur le marché. J’ai vu entreprenariat, je pense que de ce centre sortira aussi des entrepreneures, pas seulement des chercheurs d’emploi ».

Ibrahima Kassory Fofana

Pour sa part, le Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, s’est réjoui de participer à l’inauguration de ce centre. Il se félicite de la mise en place de cette structure qui devrait former non seulement des jeunes prêts à être employés, mais aussi des jeunes capables de créer leurs propres entreprises pour être des employeurs. « On en sort outillé de compétences et d’informations pour accéder au marché du travail, outillé de compétences et d’informations pour s’armer à titre personnel sur le marché, saisir les opportunités en termes de financement, en termes d’accès aux appuis techniques pour couvrir ses propres affaires.

Je me réjouis de cela. Ça veut dire que ce mandat transversal donné à l’ensemble des ministres est en train de prendre corps en termes de réalité (…) Je suis heureux que cela se passe à Boké. Boké, c’est le poumon de l’économie guinéenne ; mais aussi demain, le centre par excellence en matière de mine. Nous ferons tout pour que l’Ecole des Mines et de la Géologie de Boké soit l’école par excellence de l’Afrique. Nous ferons de cette zone spéciale économique le hall technologique régional qui va dominer la région ouest africaine et au-delà de cette région », a dit le chef du gouvernement guinéen.

Ibrahima Sory Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com à Boké

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin