Après sa marche empêchée la semaine dernière, l’opposition républicaine prévoit d’organiser une nouvelle manifestation de rue demain mardi, 30 octobre 2018 à Conakry. Cellou Dalein Diallo et ses compagnons entendent protester ainsi contre les conditions dans lesquelles les conseils communaux sont en train d’être installés, mais aussi ce qu’ils qualifient de volonté du pouvoir de confisquer les libertés des citoyens. Et, comme celle de la semaine dernière, cette autre manifestation a été interdite par les mairies concernées.

Mais, l’opposition décide encore une fois de braver cette interdiction. Et, si les forces de l’ordre empêchent les opposants de tenir leur marche prévue sur l’autoroute Fidel Castro, Alpha Tess Diallo, chargé à l’organisation et à la mobilisation du conseil national des jeunes de l’UFDG, annoncent qu’ils vont faire descendre des gens dans toutes les rues pour paralyser la capitale. Il l’a dit au cours d’une interview qu’il a accordée à Guineematin.com ce lundi, 29 octobre 2018.

Décryptage !

Guineematin.com : l’opposition républicaine dont fait partie l’UFDG a appelé à une journée ville morte ce lundi, 29 octobre 2018 à Conakry pour protester contre le non-respect de la loi et de l’accord politique du 08 août 2018 dans le processus d’installation des exécutifs des conseils communaux, mais aussi contre la volonté du gouvernement « « de suspendre les libertés des citoyens ». Quel bilan tirez-vous de cette journée ?

Alpha Tess Diallo : le bilan est vraiment très élogieux. Parce que la population a massivement entendu notre appel. Aujourd’hui, toutes les activités économiques sont paralysées à Conakry, il n’y a pas de circulation, boutiques et magasins sont restés fermés. Donc, nous félicitons la population guinéenne d’avoir observé cette journée ville morte appelée par l’opposition républicaine.

Guineematin.com : vous tirez un bilan nettement satisfaisant, sauf que beaucoup d’activités ont fonctionné ce lundi à Conakry, notamment le long du littoral mais aussi le long de l’autoroute et dans le centre-ville de Kaloum.

Alpha Tess Diallo : non ! Moi aussi j’ai sillonné la ville. Les boutiques et magasins sont restés fermés, la circulation a été sérieusement paralysée sur le littoral. Moi, j’ai emprunté une moto pour venir dans vos locaux parce que la circulation est nettement paralysée.

Guineematin.com : après cette journée ville morte, vous avez appelé à une nouvelle marche pacifique demain mardi. Comme celle de la semaine dernière, cette autre manifestation de rue n’a pas été autorisée. Est-ce que vous allez sortir malgré l’interdiction ?

Alpha Tess Diallo : bien sûr que nous allons sortir. Nous avons dit que n’allons jamais laisser le pays dans les mains des extrémistes du pays et nous maintenons cela. La loi nous autorise à manifester sur les places publiques. Tout ce que nous avons à faire, c’est d’écrire une lettre d’information adressée aux communes concernées, nous avons écrit aux municipalités de Matoto, de Dixinn et de Matam. Donc, même s’ils ont décidé d’interdire notre manifestation, nous allons braver cette interdiction comme nous l’avons fait le mardi dernier.

Guineematin.com : le mardi dernier justement, vous aviez décidé de braver l’interdiction de votre manifestation, mais le cortège des leaders de l’opposition a été stoppé au niveau du rond-point de Belle-Vue où le véhicule de Cellou Dalein a reçu un tir. L’opposition a dénoncé une tentative d’assassinat, est-ce que le président de l’UFDG va sortir demain aussi ?

Alpha Tess Diallo : bien sûr ! Le président de l’UFDG va effectivement sortir demain. Vous savez que depuis 2010, le président de l’UFDG résiste au prix de sa vie et celle de ses militants contre la mauvaise gouvernance d’Alpha Condé. Donc, ce n’est pas cette tentative d’assassinat contre sa personne qui va le dissuader. Il va sortir demain pour se rendre au carrefour de la Tannerie qui est notre point de ralliement.

Guinematin.com : vous ne craignez pas pour sa vie ?

Alpha Tess Diallo : vous savez que la Constitution guinéenne dit que la vie humaine est sacrée, mais le gouvernement d’Alpha Condé a banalisé la vie humaine. C’est pourquoi nous avons enregistré plus de 97 morts depuis l’avènement d’Alpha Condé au pouvoir. Donc, nous craignons effectivement pour sa vie mais cela n’empêchera pas notre président de sortir demain.

Guineematin.com : vous venez de rappeler qu’il y a eu 97 morts à l’occasion des manifestations de l’opposition. Aujourd’hui, vous ne pensez pas qu’il faut changer de stratégie pour éviter de nouveaux morts ?

Alpha Tess Diallo : c’est vrai que beaucoup de gens critiquent aujourd’hui les manifestations de rue, mais il faut savoir que c’est l’unique arme que nous avons aujourd’hui, c’est notre dernier recours face aux dérives du pouvoir d’Alpha Condé. Et, c’est la Constitution guinéenne qui nous confère ce droit. Je pense qu’il faudrait plutôt dire au pouvoir d’arrêter de tuer les manifestants au lieu de nous dire d’arrêter les manifestations parce que ce n’est pas nous qui tuons les gens.

Mais, on ne peut pas nous asseoir et laisser le pouvoir confisquer les libertés constitutionnelles. Et, je profite de l’occasion pour appeler toute la population de Conakry, à descendre dans les rues demain. Nous voulons avoir deux millions de personnes dans les rues de la capitale demain pour montrer au gouvernement d’Alpha Condé que les Guinéens ne sont pas prêts à accepter qu’on confisque leurs libertés.

Guineematin.com : depuis plusieurs années maintenant, on est dans un circuit fermé. L’opposition manifeste, on tue des gens, on les enterre. Après on va signer un accord qui calme la situation pendant quelques temps, puis on retourne dans la rue et on assiste à la même situation. C’est comme si l’opposition républicaine donnait raison à feu Jean Marie Doré qui avait dit qu’elle est l’opposition la plus bête d’Afrique. Est-ce que vous n’êtes pas prisonniers de votre propre stratégie ?

Alpha Tess Diallo : Non ! On n’est pas prisonniers de notre stratégie parce que ce n’est pas nous qui violons la loi, ce n’est pas nous qui violons les accords politiques et ce n’est pas nous qui tuons les gens.

Guineematin.com : vous pouvez tout de même arrêter de faire sortir les gens dans les rues pour éviter qu’ils ne se fassent tuer.

Alpha Tess Diallo : mais, on ne fait que sortir des gens dans les rues, nous aussi nous sortons. Vous avez vu comment le chef de file de l’opposition a échappé à une tentative d’assassinat la semaine. Ça veut dire que lui aussi il prend le risque de sortir. Mais, puisque c’est la seule arme que nous avons, nous continuerons à manifester jusqu’à ce que le régime Alpha Condé arrête de piétiner les lois de la République et qu’il respecte les Guinéens.

Guineematin.com : est-ce que Cellou Dalein lui-même n’est pas pris en otage aujourd’hui par les extrémistes de l’UFDG ?

Alpha Tess Diallo : pas du tout ! Cellou Dalein n’est pas pris en otage. Nous sommes face à un pouvoir qui ne respecte pas les lois, qui ne respecte pas ses engagements, qui fait ce qu’il veut comme si nous étions dans la jungle. Et, notre seule arme pour dénoncer cela pour que ça change, c’est les manifestations de rue. Donc, nous userons de ce droit constitutionnel et nous irons jusqu’au bout. Tout ce que nous demandons, c’est le respect strict des lois de la République parce que si cela est fait, il n’y aura pas d’accords politiques. C’est parce que le pouvoir viole la loi qu’on parle d’accords politiques.

Guineematin.com : vous comptez donc encore une fois braver l’interdiction de la manifestation de demain, mais les forces de l’ordre seront certainement déployées sur le terrain pour vous empêcher de manifester. Qu’allez-vous faire si on vous empêche de rallier l’autoroute Fidel Castro pour manifester ?

Alpha Tess Diallo : si on nous empêche de manifester comme prévu, nous allons occuper toutes les rues de Conakry pour paralyser toute la ville parce que comme je l’ai duit, l’objectif c’est de faire descendre deux millions de personnes dans la rue. Donc, s’ils nous empêchent de manifester, nous allons occuper les rues pour créer le désordre et la chienlit dans la capitale.

Guineematin.com : vous semblez être confiants, qu’est-ce qui vous rassure que vous allez mobiliser autant de personnes dans les rues de Conakry ?

Alpha Tess Diallo : nous sommes rassurés parce que toutes nos structures sont en branle pour mobiliser le maximum de personnes pour empêcher la dictature que ce pouvoir veut imposer aux guinéens.

Interview réalisée par Alpha Mamadou Diallo et Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin