La cellule Balai Citoyen continue sa traque contre les propos haineux qui se tiennent sur les réseaux sociaux. En ce moment, elle fait face au citoyen Cheick Ahmed Fofana, alias Cheick Affan, entendu depuis quelques jours à la Direction de la Police Judiciaire (DPJ). On en était à la confrontation entre les deux camps ce lundi, 29 octobre 2018, devant les Officiers de Police judiciaire, a constaté un reporter que Guineematin.com a dépêché sur place.

La cellule Balai citoyen a porté plainte contre Cheick Ahmed Fofana, suite à une vidéo qu’il a diffusée récemment sur Facebook, au plus fort des violences entourant l’installation des conseils communaux de Kindia.

Pour la journée de ce lundi, l’on assisté à la confrontation entre la Cellule Balai Citoyen et le mis en cause, Cheick Ahmed Fofana. La séance a duré au moins quatre heures.

Au terme de la confrontation, l’administrateur général de la Cellule Balai Citoyen est revenu sur les motifs de sa plainte contre Cheick Ahmed Fofana, alias Cheick Affan. Selon Sékou Koundouno, « nous le poursuivons pour incitation à la haine, à la révolte mais aussi pour infractions commises au niveau des réseaux sociaux, conformément à la loi L 067 relative à la cybercriminalité ».

Parlant de la confrontation du jour, l’administrateur général de la Cellule Balai Citoyen dira que le mis en cause n’a pas voulu reconnaitre l’existence juridique du mouvement qui le poursuit.

« On a eu à porter plainte contre le nommé Cheick Ahmed Fofana, alias Cheick Affan, par le biais de notre avocat, maitre Salifou Béavogui. Et, l’intéressé a comparu sur la seconde convocation. Il a été entendu sur procès verbal. La seconde phase devait consister à la confrontation afin que l’argumentaire qu’il a avancé et l’argumentaire de la partie plaignante puisse en déduire et conclure complètement le dossier, afin de le transmettre au niveau du parquet. Donc, aujourd’hui c’était cette phase. Et, le mis en cause rejette en bloc les accusations portées contre lui. Il met en cause l’existence juridique du Balai Citoyen, qui selon lui, n’a pas capacité et n’est pas habilité à le poursuivre ».

Pour Sékou Koundouno, « le Balai Citoyen œuvre dans le cadre de la préservation de la paix et du tissu social, mais surtout, du vivre ensemble. Après la confrontation, les Officiers de Police Judiciaire ont pu boucler le dossier. Et, le mercredi 31 octobre 2018, à 10 heures, les deux parties seront entendues devant le Procureur du tribunal de première instance de Kaloum. C’est à l’issue de cette rencontre que le procureur va donner la suite de ce dossier ».

Au regard du contenu de la vidéo en question, le procureur pourrait être amené à mettre sous mandat de dépôt Cheick Ahmed Fofana, alias Cheick Affan, s’il décide de le poursuivre.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin