Le Préfet de Siguiri a convoqué une réunion autour de la crise qui frappe le secteur éducatif guinéen, ce mardi 30 octobre 2018. L’objectif était de sensibiliser encore une fois l’ensemble des acteurs concernés sur la nécessité de tout mettre en œuvre pour que les cours puissent reprendre dans les écoles de la ville. Et à cette occasion, l’APEAE préfectorale a tenté d’utiliser le volet politique pour dissuader les enseignants qui sont en grève, a constaté le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Cette rencontre a réuni autour du Préfet de Siguiri, Elhadj Ibrahima Kalil Keïta, des responsables de la DPE, des chefs d’établissements publics et privés et la coordination préfectorale de l’association des parents d’élèves et amis de l’école (APEAE) entre autres. L’autorité préfectorale a regretté le fait que les cours n’ont toujours pas repris à Siguiri, un mois après la rentrée scolaire en Guinée. Il a invité les élèves au calme et la retenue et exhorté les enseignants à reprendre le chemin des classes.

Après l’intervention du Préfet, le porte-parole de la coordination préfectorale de l’APEAE de Siguiri a pris également la parole pour livrer un message à l’endroit des enseignants en grève. Sékou Condé a tiré sur la ficelle politique pour tenter de dissuader les grévistes : « Ceux qui demandent une augmentation de salaire cherchent leurs intérêts personnels et égoïstes, leurs enfants se trouvent à l’extérieur, alors que nous nos enfants se trouvent ici.

Nous avons compris que cette grève ne vise pas une augmentation de salaire, les dessous sont connus. Ils sont contre le pouvoir, le pouvoir planté par vous, ils cherchent un moyen pour faire tomber le pouvoir, n’acceptez pas de détruire votre pouvoir. Si Siguiri est la capitale du RPG Arc-en-ciel c’est grâce à vous, alors il ne faut pas accepter de brûler le pays », a-t-il déclaré.

Après les menaces et autres intimidations qui n’ont pas porté fruit, cette autre stratégie politique sera-t-elle efficace ? Les jours à venir nous édifierons.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin