Plusieurs habitants de Kaloum, commune de Conakry qui abrite le centre administratif et des affaires du pays, ont manifesté dans la rue ce mercredi, 31 octobre 2018 contre la non reprise des cours, un mois après la rentrée scolaire. Ils ont érigé des barricades sur la route, empêchant pendant un long moment la circulation dans plusieurs quartiers de la ville, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Ils étaient des centaines d’élèves et de parents d’élèves à descendre dans les rues de Kaloum ce mercredi matin. Ils sont sortis exprimer leur colère face à la crise qui secoue le secteur éducatif guinéen. En effet, les écoles du pays ont rouvert officiellement leurs portes depuis un mois, mais les cours n’ont toujours pas repris dans la plupart des établissements d’enseignement publics, en raison de la grève des enseignants déclenchée le 03 octobre, jour de la rentrée scolaire.

Face au bras de fer engagé entre le syndicat des enseignants et le gouvernement, aucune issue favorable à cette crise ne se dessine encore. Les habitants de Kaloum en ont marre de cette situation, et ils sont sortis donc l’exprimer dans la rue. « Nous sommes là pour manifester contre la non reprise des cours, nos enfants ne vont pas à l’école, ils n’étudient pas et ils ne travaillent pas. Le gouvernement refuse de payer les salaires des enseignants.

Voilà maintenant que nos enfants n’étudient pas. Tout cela, c’est de la faute de Kassory (Le Premier ministre guinéen). Il dit qu’il n’a pas besoin de négocier avec les enseignants en grève, qu’il n’a pas besoin de ce qu’ils disent. Maintenant nous, nos enfants ne vont pas à l’école, ils sont là en train de chômer et fumer. Parce qu’ils sont abandonnés par l’Etat, il n’y a pas de travail, on a faim, la Guinée est gâtée.

Comment on va faire ? Si Alpha Condé ne nous aide pas, ce n’est pas bon. Il a envoyé Kassory comme Premier ministre, mais Kassory est en train de tuer tout le monde. Même si nous allons mourir nous sommes prêts, mais nous allons dire à Kassory et à Alpha que Conakry n’est pas leur village. Conakry c’est pour tous les Guinéens », a lancé Fatou Bangoura, une mère de famille, très remontée.

Les manifestants ont barré les routes, coupant complètement la circulation. A plusieurs reprises, la police est intervenue à coups de gaz lacrymogène pour tenter de ramener l’ordre sur les lieux, sans succès. Il a fallu l’intervention de Bombo Félix, le responsable de la jeunesse de Kaloum, pour calmer les ardeurs des manifestants et permettre de libérer la route dans le quartier Manquepas notamment.

« Ce matin, les jeunes de Manquepas se sont mobilisés ici pour manifester. Quand je suis venu, ils m’ont dit qu’ils manifestent pour dénoncer la non reprise des cours dans les écoles. Je leur ai dit d’enlever les ordures sur la route, enlever les pneus, après on va en parler, ce qui fut fait. Mais spontanément, les forces de sécurité sont venues sur les lieux, et cela a irrité les jeunes. Ils ont commencé à jeter des cailloux. C’est ainsi que je suis allé voir les gendarmes pour leur dire de quitter les lieux et j’ai convaincu les manifestants à libérer la route », explique Bombo Félix.

Les manifestants promettent de descendre demain aussi dans la rue si aucune disposition n’est prise par les autorités pour permettre la reprise des cours. A rappeler que l’an dernier, il a fallu que les habitants de Kaloum sortent manifester et bloquer complètement le centre administratif du pays pour que le gouvernement accède à la revendication du SLECG. Ce qui avait permis la reprise des cours qui avaient été arrêtés pendant un mois.

Mamadou Laafa sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin