Les enseignants de la préfecture de Télimélé se sont réunis en assemblée générale hier, mardi 30 octobre 2018. La démarche de ces membres du SLECG (Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée) visait à se concerter atour de la grève générale et illimitée, déclenchée depuis le 03 octobre dernier, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

L’école primaire du centre, dans la commune urbaine, a servi de cadre à la mobilisation de plusieurs enseignants et enseignantes, venus de tous les horizons de la préfecture de Télimélé. L’ordre du jour de la rencontre a essentiellement tourné autour de la situation salariale et de la suite à donner à la grève.

Dans son discours devant ses collègues, le secrétaire général du SLECG à Télimélé, Elhadj Mamadou Bobo Diallo, a fait un compte rendu détaillé de la rencontre de son bureau avec les autorités éducatives de la place, la commune et la préfecture dans le but de désamorcer la crise. « Nous avons été conviés la semaine dernière à une rencontre d’échanges avec les autorités de la place afin de trouver une solution pour la reprise des cours à Télimélé. Madame la directrice, le maire et le préfet nous ont priés d’accepter de reprendre le chemin de l’école. En toute honnêteté, nous leur avons répondu que cette situation est nationale. Nous aimons tous ces enfants, mais nous voulons aussi des conditions de vie meilleures. C’est la base qui décide et nous rendrons compte », a expliqué monsieur Diallo.

Par ailleurs, la situation salariale a fait l’objet d’un débat houleux entre participants. Selon eux, toucher au salaire d’un fonctionnaire est synonyme d’attenter à sa vie et qu’ils n’hésiteront en aucun cas à se faire entendre par tous les moyens légaux. C’est du moins l’avis dudit secrétaire général du SLECG local. « S’il y’a des enseignants dont les salaires sont gelés, nous allons les soutenir à tout point de vue. C’est ce qui fera notre force et nous allons nous faire entendre par tous les moyens légaux », a laissé entendre Elhadj Mamadou Bobo Diallo.

Pour faire face à cette nouvelle donne, l’assemblée générale a décidé d’identifier tous les enseignants qui n’ont pas perçu leurs salaires. Il a été également préconisé de prôner l’union entre les enseignants, d’éviter la traîtrise, de rester vigilants, d’être conséquents et de continuer la grève jusqu’à la satisfaction des revendications.

C’est par la récitation de quelques versets coraniques pour la victoire et contre les traîtres que cette assemblée générale a pris fin.

La prochaine assemblée générale est fixée au jeudi 8 novembre prochain.

De Télimélé, Ousmane Dieng pour Guineematin.com

Téléphone: 622525250

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin