L’UFDG a remporté tous les postes au sein de l’exécutif de la mairie de Marela, commune rurale située à 90 kilomètres de la ville de Faranah. Cette élection s’est déroulée sans suspense, car seulement les conseillers du principal parti d’opposition du pays ont pris part au vote.

Les élus du RPG Arc-en-ciel et de l’UFR ont boudé l’élection pour des raisons propres à chacun de ces partis, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Faranah.

L’UFDG va diriger seule la mairie de Marela dans la préfecture de Faranah. Le parti de Cellou Dalein Diallo s’est adjugé le poste de maire et des trois postes de vices maires de la commune rurale, à l’issue d’une élection à sens unique. En effet, seuls les 13 élus du principal parti d’opposition du pays ont pris part au vote, élisant ainsi leurs candidats aux différents postes sans difficultés.

Les 8 conseillers du RPG Arc-en-ciel et les 2 de l’UFR, eux, ont décidé de bouder l’élection de l’exécutif du conseil communal. Ce qui n’a pas empêché la tenue de l’élection et l’installation des élus. Interrogé sur l’absence des élus de son parti à cette cérémonie, le président du comité de crise du RPG Arc-en-ciel de Faranah, Abou Traoré, explique : « A Marela, il y a un contentieux qui existe entre le RPG et l’UFDG. Il y a certains éléments du RPG qui ont été victimes de démolition de leurs maisons et de pillages.

Donc, ils (Les éléments du RPG) ont porté plainte à la justice. L’affaire est à la justice mais jusqu’à présent la procédure n’est pas normalement engagée pour faire un procès. C’est ce qui a fait que les conseillers du RPG, à l’unanimité avec ceux de l’UFR, ont dit que tant qu’il n’y a pas de procès, il n’y aura pas d’installation des conseillers communaux à Marela. Parce que, ceux qui sont conseillers du côté de l’UFDG sont concernés par la plainte du RPG », a-t-il indiqué.

De son côté, le secrétaire fédéral de l’UFR à Faranah, Mohamed Lamine Fofana, donne une tout autre raison pour expliquer l’absence des conseillers de son parti à la cérémonie : « Après plusieurs entretiens entre les conseillers de l’UFR et ceux de l’UFDG, il n’y a pas eu d’entente par rapport au partage des places dans le bureau exécutif. Ces derniers temps, à l’approche de l’installation, ils (Les conseillers de l’UFR) m’ont appelé pour me dire qu’ils ne sont pas tombés d’accord avec l’UFDG sur la question.

Parce qu’ils avaient voulu former une coalition avec les conseillers de l’UFDG avec qui ils n’ont pas pu s’entendre. Moi-même, en compagnie d’un représentant de l’UFDG, je suis parti pour tenter de trouver un accord d’alliance avec eux mais ça n’a pas porté fruit. Parce que, nous avons tout fait pour que nous puissions avoir un poste de vice maire, ils n’ont pas du tout accepté. Ils ont dit qu’ils ne peuvent plus donner cette place parce qu’ils étaient plus nombreux », a expliqué le responsable de l’UFR.

Mais, pour Mouhamadou Soumbalako Barry, le chargé à l’organisation du bureau fédéral de l’UFDG de Faranah, l’absence des conseillers du RPG Arc-en-ciel et de l’UFR est due au simple fait qu’ils ont compris qu’ils ne pouvaient pas battre son parti. « Ils ont compris qu’ils n’ont pas de chance de copter certains conseillers de l’UFDG pour voter pour eux. C’est pourquoi, ils ont refusé de rentrer dans la salle. Parce que c’est impossible que 10 conseillers gagnent devant 13 », soutient-il.

A rappeler que les élections locales du 04 février 2018 avaient été émaillées de violences et de pillages. L’affaire a été portée devant le TPI de Faranah où le procès se fait toujours attendre.

De Faranah, Mamadouba Bangoura pour Guineematin.com

Tel : (00224) 620 24 15 13

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin