C’est une foule compacte qui a accompagné ce vendredi, 02 novembre 2018, à leur dernière demeure, les jeunes Mamadou Samba Diallo et Mamadou Cellou Diallo, tous les deux tués par balles lors des dernières manifestations de l’opposition. Les deux jeunes ont été inhumés au cimetière de Bambéto qui abrite désormais 98 personnes tuées lors des différentes manifestations de l’opposition républicaine, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Après la levée des corps au CHU d’Ignace Deen en présence leaders de l’opposition, des parents des victimes et de plusieurs autres personnalités, le cortège funèbre s’est rendu à la mosquée de Bambéto où la prière sur les corps a été effectuée juste après celle du vendredi.

Au sortir de la mosquée, le chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo, a qualifié de révoltant la prolifération des « assassinats ciblés » contre des citoyens guinéens. « C’est vraiment révoltant ; mais, ce qui est plus révoltant, comme je l’ai toujours dit, c’est qu’on est convaincu que ces deux jeunes n’auront pas droit à la justice. C’est vraiment triste pour notre pour pays.

Le gouvernement dont la responsabilité c’est de mener des enquêtes en cas de bavure, entendu qu’ici ce n’est pas une bavure, nous sommes bientôt à cent (100) jeunes abattus froidement dans la rue, dont la plupart était en train de manifester certes ; mais, certains d’entre eux n’étaient même pas dans les manifestations », a-t-il dit, citant le cas du chauffeur de taxi, Mamadou Cellou Diallo, qui a pris une balle dans la tête alors qu’il venait de débarquer ses passagers en provenance de Labé.

« Cent guinéens, depuis qu’Alpha est au pouvoir, jamais une enquête, jamais une compassion du gouvernement, jamais une sanction, même administrative à l’endroit des responsables de la police et de la gendarmerie », déplore l’opposant qui cite Léonard de Vincy en ces termes : « Celui qui néglige de punir le mal, le cautionne ». Comme pour prouver la responsabilité de l’Etat dans ces tuéries.

« Aujourd’hui, on ne s’interroge plus pourquoi cette indifférence des autorités du pays ? C’est parce qu’ils ont voulu, hélas, par le meurtre, arrêter les manifestations. Pour eux, c’était une technique d’intimidation en tuant, en tuant, en tuant. Ils ont souvent, sinon toujours suscité, encouragé ces meurtres.

Sinon pourquoi pas, le lendemain même, mettre une commission d’enquête, interroger les riverains, ceux qui sont dans les quartiers, interroger ceux qui sont dans les manifestations, y compris nous-mêmes parce que nous sommes dans les manifestations. Je suis toujours devant ; mais, jamais une commission d’enquête n’a été mise en place pour savoir dans quelles circonstances ces jeunes guinéens ont été tués », regrette Cellou Dalein Diallo.

Selon le chef de file de l’opposition guinéenne, la première responsabilité de l’Etat, c’est d’assurer la sécurité des citoyens puisque le premier droit de l’Homme, c’est le droit à la vie. Mais, face à ces multiples assassinats, Cellou Dalein souligne que le gouvernement n’est pas un gouvernement du peuple, mais plutôt un gouvernement au service d’un clan, d’où la révolte des citoyens.

C’est pourquoi, Cellou Dalein Diallo appelle à la mobilisation contre le gouvernement qu’il qualifie de corrompu et de criminel. «C’est vraiment triste, combien de fois sommes-nous venus ici enterrer des jeunes ? On s’attend toujours à ce que des enquêtes soient ouvertes.

Tous les dialogues qu’on a eus, tous les accords politiques, vous verrez que le gouvernement s’est engagé à ouvrir des enquêtes pour identifier les auteurs et les commanditaires des crimes pour les déférer devant les tribunaux. Pour eux, ces tueries, c’était une technique de dissuasion de l’opposition pour organiser les manifestations. Mais, c’est excessif, c’est criminel et c’est cynique », dit-il.

Le président de l’UFDG promet de continuer le combat jusqu’à l’instauration de la démocratie dans notre pays. « C’est un combat républicain pour la protection des droits humains, pour l’instauration d’une démocratie vraie, pour une réconciliation réelle, pour un Etat de droit qui veillera à la sécurité de tous les fils du pays, au respect de leurs droits et de leur dignité. Ce combat-là, nous le mènerons, nous allons le continuer avec plus de fermeté et de vigueur », promet l’opposant.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin