Connue pour être une zone où il pleut moins, la région de Kankan a enregistré cette année des fortes pluies et en permanence. Selon les services techniques, la pluviométrie de cette année a battu un record vieux de plus de 30 ans. Ce qui n’est pas resté cependant sans conséquences, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Kankan.

Les habitants de la région de Kankan ont assisté à une pluviométrie particulièrement abondante cette année. Des fortes pluies se sont abattues de façon récurrente dans cette partie de la Guinée qui enregistre habituellement la plus faible pluviométrie par rapport aux autres régions. Selon les statistiques fournies par le service régional de la météorologie, une telle pluviométrie n’avait pas été enregistrée dans la région depuis plus de 30 ans.

Et selon Elhadj Amara Camara, le responsable de ce service, c’est au mois d’août que la plus forte pluviométrie a été enregistrée : « Au mois d’août 2017, nous avions enregistré 328, 0 mm d’eau en en 16 jours ; durant la même période en 2018, nous avons enregistré 688, 5 mm d’eau en 24 jours, soit le record de l’année. D’après nos recherches, cette quantité de pluie n’a pas été enregistrée ici depuis plus de 30 ans », explique-t-il.

Le directeur régional de la météorologie souligne que cette forte pluviométrie pourrait s’expliquer par le changement climatique : « De façon naturelle, les régions du pôle nord sont des régions à caractère glacial. Mais, avec l’augmentation de la température que connait le monde, on assiste à la fonte de ces glaces, et cela augmente le niveau des mers et occasionne leur mouvement.

Comme conséquences, les régions où il y avait trop fraîcheur commencent à ressentir la chaleur, et celles où il n y a pas assez de pluie, enregistrent beaucoup de pluie », a-t-il indiqué.

Mais il faut souligner que cette pluviométrie abondante n’est pas restée sans conséquences. Des inondations ont été enregistrées non seulement dans la commune urbaine de Kankan, mais aussi dans d’autres localités environnantes. Inondations ayant entraîné plusieurs dégâts matériels et laissé de nombreux sans abris.

La pluie a emporté aussi le pont Djassa dans le village de Komodou et le bac qui assurait la circulation entre Kérouané et Kissidougou, coupant momentanément la préfecture de Kérouané du reste du pays.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Tél : 627 24 13 24

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin