« Je pense que cette nouvelle loi de finances initiale 2019-2020 manque de personnalité et de caractère… », c’est en substance ce qu’a dit le député Dr Ousmane Kaba, qui réagissait juste après la présentation du projet de budget de l’Etat pour l’année à venir devant l’assemblée nationale.

Le gouvernement guinéen a présenté le projet de loi de finances initiale 2019, ce lundi, 05 novembre 2018 devant l’Assemblée nationale. La présentation a été faite par Ismaél Dioubaté, ministre du budget, Mamady Camara, ministre l’Economie et des Finances, Hadja Mama Kanny Diallo, ministre du Plan et du Développement, accompagnés du gouverneur de la Banque centrale, Louceiny Nabé.

Mais, ce projet de budget de l’Etat pour l’année 2019 qui s’établit à 19 332,08 milliards en recettes contre 22 312, 13 milliards en dépenses est loin de convaincre l’honorable Ousmane Kaba. Le député et président du PADES dénonce un manque de clarté dans ce projet de loi de finances.

Décryptage!

Je pense que la nouvelle loi de finances initiale 2019-2020 manque de personnalité et de caractère. Je ne vois absolument aucune politique très claire là-dedans. D’abord, en termes de croissance de l’économie, c’est une croissance qui est en train de tomber à 5% au lieu de 10% des deux années 2015 et 2016. Maintenant, en 2018 et 2019 on est autour de 5%.

J’ai toujours dit que la croissance en 2010 était simplement due à l’entrée en production des nouvelles unités bauxitiques puisque la Guinée s’est spécialisée dans la bauxite qui ne semble même pas être une bonne chose parce qu’il y a la destruction de l’environnement.

Mais, on n’a pas une très forte hausse des recettes budgétaires. Donc, nous avons demandé un peu de clarification dans la taxation minière bauxitique en particulier. Ensuite, je me demande qu’est-ce qu’on fait en termes d’investissement à l’intérieur du pays, notamment les routes, les barrages et les micros barrages. C’est un aspect très important.

L’autre élément sur lequel il faut insister, c’est le chômage des jeunes. On n’en parle pas dans ce parlement. C’est la grande majorité des guinéens qui n’a pas de travail. Qu’est-ce que le gouvernement fait pour aider les PME guinéennes ? Quelles sont les initiatives dans le domaine de l’agriculture pour insérer les jeunes agriculteurs dans le tissu économique ? Je ne vois absolument rien dans ce budget. C’est très important.

La question axée sur l’éducation, on est toujours autour de 13% du budget qui est alloué au secteur de l’éducation dans son ensemble. Dans tous les pays africains qui nous entourent, ceux qui ont l’éducation comme priorité, c’est autour de 30%, parfois même plus de 30% du budget. C’est ce qui nous fait dire souvent que la Guinée est le pays qui ne donne aucune priorité à l’éducation, donc à l’avenir du pays.

Sur la question de la monnaie unique évoquée par le gouverneur de la BCRG, il me semble que c’est le mythe décisif. Chaque année on en parle; mais, les échéances sont toujours reculées.

Ce que nous voulons savoir c’est, que veut le gouvernement à travers ce budget ? On ne peut pas me dire que le gouvernement veut le développement du secteur privé pour combattre le chômage, alors que ça ne transparaît pas dans la loi présentée. On ne peut pas me dire que le gouvernement trouve une solution au grand problème d’infrastructures à l’intérieur du pays, ça ne transparait pas aussi.

Propos recueillis par Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél: 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin