Au cours d’un point de presse organisé dans la matinée de ce lundi, 05 novembre 2018, le mouvement « Osons-oser » qui a été créé à Labé, le 21 janvier 2018, a annoncer son intention de transformer, dans les prochains jours, les bureaux du gouverneur de région, du préfet et du maire de la commune urbaine, en salles de classe, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Prenant conscience de la gravité de cette situation de crise stérile dans le secteur de l’éducation en Guinée, le mouvement citoyen « Osons-oser » préconise mobiliser les parents d’élèves, les élèves et les autres acteurs de la société civile évoluant à Labé dans les bureaux du gouverneur, du préfet et du maire de la commune urbaine pour dispenser des cours populaires.

L’initiative vise, dit-on, à exercer une pression sur le gouvernement guinéen pour que les autorités compétentes prennent leur responsabilité en vue de mettre fin à cette crise par une négociation franche avec les leaders syndicaux du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG).

« Si ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui sont à leurs postes respectifs, c’est parce qu’ils ont bénéficié d’une formation. Nous aussi, si nous arrivons à revendiquer légalement, c’est parce que nous avons obtenu un minimum de formation. Qu’est-ce que nous réservons alors à nos petits frères et nos enfants qui sont dans les salles de formation actuellement. Raison pour laquelle nous avons estimé que nous ne pouvons pas rester les bras croisés en laissant la formation s’anéantir dans ce pays. Car, l’avenir de ce pays appartient à ceux qui sont en formation aujourd’hui » a expliqué le secrétaire général du mouvement « Osons oser », Dr Amadou Mouctar DIALLO.

Pour sa part, le coordinateur du mouvement, Alhabib Bah, prévient que la seule chose qui peut empêcher la population d’investir les bureaux des autorités locales, c’est l’ouverture immédiate et imminente des classes.  « La balle est dans le camp du gouvernement. Car, comme le disait Mandela, l’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde. Cette situation actuelle s’explique par le manque d’implication sérieuse de l’Etat guinéen. Le gouvernement a déjà reçu une proposition de la part des syndicalistes, c’est à lui de faire des contre propositions » a-t-il insisté.

Un autre membre du mouvement « Osons oser », Mamadou Saïfoulaye DIALLO a tenu à préciser que l’occupation des bureaux des autorités locales envisagée ne se fera pas le même jour. Mais à tour de rôle et un à un, en raison d’un bureau par jour.

A rappeler que le mouvement « Osons oser » regroupe des artistes, des journalistes, des médecins, des enseignants, des diplômés sans emplois, des élèves et des étudiants. « Par la création de ce mouvement, nous avons voulu combler un déficit en essayant d’apporter notre contribution à la défense effective de la cause citoyenne en République de Guinée » a conclu son chargé de communication, Oumar Sadio DIALLO.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin