Les enseignants de la préfecture de Télimélé sont descendus dans la rue ce lundi, 05 novembre 2018. Ils ont manifesté contre la décision du gouvernement de remonter les noms des enseignants en grève en vue de prendre d’éventuelles sanctions contre eux. Les grévistes sont allés à la DPE pour exprimer leur opposition à cette mesure, a constaté le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Face à la fermeté du gouvernement qui a décidé de durcir davantage sa position face à la grève des enseignants qui dure depuis plus d’un mois, le syndicat des enseignants se montre inébranlable. L’antenne préfectorale du SLECG à Télimélé a convié les enseignants de la préfecture à une assemblée générale ce lundi, 05 novembre 2018. Cette rencontre qui s’est tenue dans la commune urbaine, a permis de se concerter sur l’attitude à adopter face à la fermeté du gouvernement.

Et, les enseignants ont décidé de répondre aux autorités par la fermeté en maintenant leur grève. Ils ont décidé aussi de manifester dans la rue pour marquer leur opposition à la mesure relative à la remontée des noms des enseignants qui ne vont pas en classes. Mesure qui pourrait déboucher sur des sanctions à l’encontre des grévistes. Ils ont manifesté de l’école primaire du centre à la direction préfectorale de l’éducation pour dénoncer cette mesure.

« On s’est réuni aujourd’hui pour dire non à ces manœuvres de listes des enseignants absents dans les établissements. Nous avons fait une assemblée, après l’assemblée, nous sommes venus à la direction préfectorale de l’éducation pour faire un sit-in pour leur dire que vraiment nous ne sommes pas d’avis et que nous sommes contre ces manœuvres.

Nous sommes en grève, c’est la constitution qui nous donne ce droit. Nous n’accepterons pas qu’on remonte le nom d’un enseignant qui exerce un droit constitutionnel », a déclaré Amadou Sylla, chargé de conflit et de négociation du SLECG préfectoral à Télimélé.

Elhadj Mamadou Bobo Diallo

Le syndicaliste salue la mobilisation des enseignants et parle d’une réussite totale de leur manifestation : « La réussite est de 100%, nous sommes allés à la DPE, nous avons trouvé que les portes et fenêtres sont fermées et qu’aucun travailleur n’y était. On n’était pas parti pour les menacer mais pour leur dire pacifiquement qu’on est contre ces listes, parce que même eux quand il y aura une retombée de cette grève, ils en bénéficieront », a-t-il dit.

De son côté, le secrétaire général préfectoral du SLECG, Elhadj Mamadou Bobo Diallo, a appelé tous les enseignants à l’union qui est, dit-il, symbole de la force, assurant que la victoire est très proche. Les enseignants ont ensuite lu la Fatiha contre les « traîtres », c’est-à-dire ceux qui ne suivent pas le mot d’ordre de grève et pour l’aboutissement heureux de leur mouvement.

De Télimélé, Ousmane Dieng pour Guineematin.com

Tél : 622525250

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin