Les enseignantes et enseignants de Pita affiliés au Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) ont décidé, au cours d’une assemblée générale organisée hier, dimanche 04 novembre 2018, de poursuivre le mouvement de grève déclenché depuis plus d’un mois maintenant par le camarade Aboubacar Soumah et Cie, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Cette assemblée générale organisée ce dimanche, 04 novembre 2018, au Jardin Public ‘’Bah Amadou Oury YOUL’’a mobilisé autour du bureau préfectoral du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) les représentants de plusieurs établissements scolaires de la commune urbaine et certains délégués syndicaux venus des sous-préfectures de Pita dont 3 de Sangaréah.

Tous les participants se sont prononcés en faveur de la poursuite de la grève jusqu’à la victoire des enseignants sur cette épineuse question de revendication salariale.

Ils ont mis l’occasion profit pour dénoncer et condamner la révocation pour fait de grève de Djéïnabou Bah et Fatoumata Kouyaté respectivement directrices des écoles primaires de Pita I et Pita III par une décision du directeur préfectorale de l’éducation, Abdoulaye Barry dit Koto Barry.

« Si le DPE ne revient pas sur sa décision, nous allons passer à la vitesse supérieure. Le balayeur sera balayé. Nous allons demander son départ » a menacé Sadou Barry, le secrétaire général du bureau préfectoral du SLECG de Pita, joint au téléphone par Guineematin.com dans la soirée d’hier, dimanche.

Pourtant, le directeur préfectoral de l’éducation, Koto Barry, a distribué un document mettant en demeure les enseignantes et enseignants de Pita à reprendre le chemin de l’école.

A suivre !

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (0024) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin