Quelques jours après l’empêchement de leur manifestation de jeudi dernier, les femmes de l’opposition projettent une nouvelle manifestation de rue à Conakry. Cette marche pacifique est prévue le mardi prochain sur la route Le Prince et elle vise à exiger la justice pour les personnes tuées lors des manifestations de l’opposition, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Comme les hommes, les femmes de l’opposition républicaine n’entendent pas aussi abdiquer face à l’interdiction de leurs manifestations de rue. Elles l’ont fait savoir au sortir d’une rencontre qui les a réunies ce mardi, 06 novembre 2018 au QG de l’UFDG. Après avoir dénoncé l’empêchement de leur marche du jeudi dernier, les opposantes annoncent l’organisation d’une autre manifestation le mardi, 13 novembre prochain sur l’autoroute Le Prince.

Une marche qui vise, selon elles, à protester contre les tueries de jeunes enregistrées à l’occasion des manifestations de l’opposition et exiger la justice pour toutes les victimes. Elle sera précédée par une journée de recueillement à la mémoire des victimes enterrées au cimetière de Bambéto. « Le vendredi, 09 novembre 2018, nous allons organiser un recueillement au cimetière de Bambeto. Et, le mardi, 13 novembre nous allons organiser une marche pacifique.

Cette manifestation partira du rond-point de Bambeto pour s’achever sur l’esplanade du stade du 28 septembre à Dixinn. Les femmes de l’assemblée se proposent de rédiger une demande qui sera adressée au ministre de la sécurité, au ministre de l’action sociale et au haut commandant de la gendarmerie nationale », a annoncé Séni Tonamou, présidente du conseil national des femmes du Bloc Libéral.

Cette annonce intervient quelques jours seulement après celle des hommes de l’opposition républicaine qui ont appelé également à une nouvelle manifestation de rue jeudi prochain sur l’autoroute Fidel Castro de Conakry. Reste à savoir si ces différentes manifestations des opposants seront autorisées par le pouvoir ou si elles seront empêchées comme celles qui les ont précédées.

Fatoumata Djouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin