L’inadéquation entre la croissance économique et celle démographique continue de préoccuper les décideurs et autres acteurs impliqués dans la lutte contre la pauvreté. C’est dans ce cadre que la fondation Konrad-Adenauer a organisé hier, jeudi 08 novembre 2018, à Conakry, un atelier axé sur la « démographie et la croissance économique en Afrique de l’Ouest ».

A travers son programme pour le Dialogue politique en Afrique de l’Ouest, la Konrad-Adenauer Stiftung (KAS) vise à susciter la réflexion et les débats sur les différents sujets d’intérêt public pour l’enracinement de la démocratie dans la sous-région, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Des délégués venus de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso, du Togo, du Benin et leurs collègues guinéens se sont penchés sur deux problématiques qui se posent avec acuité : « la démographie, frein ou atout au développement économique en Afrique de l’Ouest » et « Comment allier croissance démographique et croissance économique ».

Des experts de renom ont développé ces deux thématiques, suivi d’échanges fructueux et de partage d’expériences. Des thèmes développés respectivement par Dr Konan Yao Sylver, au Centre Ivoirien de Recherches Economiques et Sociales (CIRES) et madame Ahamidé Mean-Goua Armelle, directrice générale adjointe de l’Institut National de la Statistique et d’Analyse Economique du Benin.

Dans son discours, Florian Karner, représentant résidant de KAS, a dit que « nous d’une population africaine caractérisée par sa jeunesse et qui aura besoin de perspectives tant au plan économique, qu’au plan socioculturel. Donc, il convient d’ores et déjà de réfléchir à des approches de solutions pour pallier à toutes les éventualités. Il est vrai que la jeunesse est un atout, mais cela n’est vrai que si cette jeunesse est bien formée et bien éduquée. Cette jeunesse mérite un cadre sain, franc et prometteur dans leurs pays et la question de l’emploi est la question fondamentale ».

Revenant sur le cas de l’Afrique de l’Ouest, Florian Karner a fait remarquer que beaucoup de pays de la sous-région connaissent une forte croissance économique actuellement, « malheureusement, le constat est que cette croissance n’arrive pas à enrayer systématiquement la pauvreté… »

Le représentant résidant de KAS dira que « ce séminaire vise à susciter le débat sur ce sujet. Nous voulons inciter les acteurs clés de la politique et la société à réfléchir sur des politiques tendant à faire en sorte que la croissance économique soit inclusive pour maîtriser un tel boom démographique ».

Pour sa part, Matthias Veltin, ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne en Guinée, a exprimé sa satisfaction par rapport aux actions de Konrad-Adenauer Stiftung « avec ce thème très important, crucial pour le développement de la Guinée et de toute la région. Je suis très heureux que la fondation amène des participants de la sous-région…Vous savez, je pense que l’Allemagne, avec son expérience de l’intégration en Europe, va appuyer les pays de la sous-région pour connaitre le même progrès. Donc, il faut voir la nécessité d’investir dans la jeunesse pour rendre clair aux parents la nécessité d’investir dans les enfants. La tradition dit que les enfants sont ceux qui doivent plus tard soutenir les parents. Mais chez nous, on a vu clairement, pour vraiment investir dans un pays, on doit investir dans la jeunesse, c’est-à-dire on doit rendre possible l’éducation ».

Selon nos informations, la population de l’Afrique va doubler à l’orée 2050 pour atteindre environ 2,5 milliards d’individus. Un jeune terrien sur trois, âgé de 15 à 29 ans, vivra en Afrique en 2050. Et en 2100, 40% de l’humanité sera africaine, selon les prévisions des Nations Unies. Aujourd’hui, cette population représente à peu près 17% de la population mondiale. Ces données et prévisions montrent, la grande pertinence de la question de la démographie et la nécessité des politiques innovantes et réussies.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél : 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin