En guise de soutien et de compassion aux familles endeuillées par les meurtres enregistrés à l’occasion des manifestations de l’opposition républicaine à Conakry, les forces sociales de Télimélé ont appelé à une ville morte ce vendredi dans la ville. Et, cet appel a été bien entendu dans la commune urbaine où les activités sont fortement paralysées, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

L’indignation était déjà grande dans la commune urbaine de Télimélé face aux nombreux meurtres de jeunes enregistrés à l’occasion des manifestations appelées par l’opposition républicaine à Conakry. Mais, elle a été renforcée par la mort de Mamadou Alimou Baldé, ressortissant de la ville, tué par balle le mercredi, 07 novembre 2018 à Wanindara. Cette situation a amené les forces sociales de Télimélé à appeler à une journée ville morte pour protester contre ces tueries.

« Les forces sociales de Télimélé dont je suis membre, ont demandé à observer à une journée ville morte ce vendredi, 09 novembre 2018 pour manifester notre indignation face aux exactions perpétrées sur la jeunesse guinéenne en général et l’assassinat ciblé de notre fils Mamadou Alimou Baldé en particulier », explique Amadou Bailo Diallo, membre des forces sociales de Télimélé.

Et, cet appel des activistes de la société civile est tombé dans des bonnes oreilles. Car la plupart des activités sont paralysées ce vendredi dans la ville. Ce qui réjouit Amadou Bailo Diallo : « La population de Télimélé a adhéré au mot d’ordre que nous avons lancé. La ville est paralysée, même les taxis motos ne travaillent pas aujourd’hui. Nous nous en félicitons », ajoute-t-il.

A travers cette journée ville morte, les forces sociales de Télimélé veulent tout d’abord exprimer leur indignation face à ces meurtres, mais aussi réclamer justice pour les victimes. Mamadou Oury Diallo, un autre membre des FST, invite tous les départements concernés à jouer leur rôle pour arrêter ces exactions perpétrées par les forces de l’ordre.

« Je déplore le comportement injuste des autorités guinéennes face aux multiples assassinats de mes compatriotes dont le cas le plus récent est celui de Mamadou Alimou Baldé. Je demande aux ministères de la justice, de la sécurité et celui de la citoyenneté, chacun de jouer son rôle pour mettre un terme à cette situation », a-t-il lancé.

Les forces sociales de Télimélé demandent aussi à ce que le corps de Mamadou Alimou Baldé soit remis à sa famille pour qu’il puisse être rapatrié et inhumé à Télimélé.

De Télimélé, Ousmane Dieng pour Guineematin.com

Tél. : 622525250

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin