La répression qui s’abat sur les manifestants de l’opposition républicaine continue de susciter l’indignation de l’opinion. Les jeunes de l’Axe, particulièrement ciblés, ne désarment pourtant pas et réaffirment leur volonté de continuer le combat.

Dans la journée de ce jeudi, 8 novembre 2018, Mamadou Ciré Diallo, coordinateur du Mouvement Akhadan des jeunes de l’Axe Hamdallaye-Kagbélen a dénoncé l’inertie des autorités devant les nombreuses tueries dans la zone. Il a invité toutes les populations de l’Axe « à résister contre la barbarie » dont les citoyens sont victimes.

D’entrée, Mamadou Ciré Diallo a dénoncé la mort de cent jeunes gens depuis le mois d’avril 2011 jusqu’à nos jours dans cette partie de la Guinée. « Nous venons là pour nous adresser au peuple de Guinée ! Nous voulons lui faire comprendre que les jeunes leaders de l’axe Hamdallaye-Kagbélen se battent pour eux, se battent pour la démocratisation effective de la Guinée, à travers un combat noble, loyal et juste. Nous nous battons pour qu’il y ait l’équité, la justice, pour qu’il y ait en un mot la démocratie en Guinée. Mais, dans ce combat loyal, noble et juste, certains malins, certains ethno-stratèges, ont cherché à nous stigmatiser ».

Par ailleurs, ce jeune leader de l’Axe accuse les forces de l’ordre, habillées et nourries par les impôts payés par nos parents, de tuer impunément les jeunes. « Ceux-là même qui sont armés par le gouvernement et qui sont censés nous protéger, c’est eux qui nous tuent. Ceux-là même qui sont armés par le président de la République, qui a juré sur la Constitution de protéger les guinéens dans leur ensemble, sont ceux-là qui nous tuent. Chers compatriotes, chers guinéens, ils veulent vous faire comprendre que sur l’Axe, il n’y a que les Peulhs. C’est archi-faux. Certes, la majorité est Peulh. Mais, le combat n’est pas un combat Peulh, le combat est un combat du peuple de Guinée. Et, pour celui-ci, étant conscient et convaincu que nous sommes sur la vérité, rien que pour la vérité, ce combat, c’est pour les guinéens de demain, ceux qui viendront après nous, c’est-à-dire nos jeunes frères, nos fils et les fils de ceux-ci ».

Pour ce qui est de la suite, Mamadou Ciré Diallo invite les citoyens de l’Axe à prendre leur destin en main. « Nous voulons faire un appel à la population de l’Axe, de prendre enfin son destin en main, et de comprendre que le pouvoir, c’est-à-dire le gouvernement guinéen, a décidé d’en découdre avec nous. Et dans ceci, ils ne vont jamais viser un peulh, ils viseront toute la population de l’Axe, qu’il soit Peulh, Malinké, Kissi, Guerzé ou Soussou. Et, c’est évident que parmi nous, il existe les autres ethnies. Donc, il n y a pas un combat d’ethnies en Guinée (…). Donc, nous demandons à la population de l’Axe de se lever et de comprendre que le combat n’est plus pour les jeunes de l’Axe, âgés de 12 à 15 ans. Mais, le combat doit maintenant appartenir aux vieux de l’Axe, aux jeunes âgés de 18 à 45 ans, mais aussi aux femmes de l’Axe. Qu’ils comprennent que 100 mamans ont pleuré, et si les autres mamans ne se lèvent pas, d’autres mamans pleureront encore. Il faudrait que nous mettions fin à ça. Nous ne devons plus faire le combat sur les réseaux sociaux. Populations de l’axe, nos mamans ne doivent plus pleurer dans leurs maisons ou dans leurs concessions. Ensemble, nous devons être solidaires pour qu’enfin nous puissions dire au gouvernement que trop c’est trop ».

Pour ce qui est des perspectives, le coordinateur du Mouvement Akhadan des jeunes de l’Axe Hamdallaye-Kagbélen dit que « dans les jours à venir, l’Axe est décidé à former le plus long fil humain de dénonciation de l’injustice. Des hommes et des femmes de l’Axe tiendront leur main, bras-à-bras du rond-point de Hamdallaye jusqu’au rond-point de Kagbélen pour montrer à la communauté nationale et internationale que nous sommes fatigués ».

Ibrahima Sory Diallo et Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin