C’est sur fond de deuil que l’UFDG a tenu son assemblée générale ordinaire ce samedi 10 novembre 2018. Dans des discours teintés d’émotion et de colère, Cellou Dalein Diallo et ses compagnons ont fustigé et condamné les exactions commises par des agents des forces de l’ordre sur des citoyens qui habitent le long de la route Le Prince, notamment dans le quartier Wanindara. Des crimes qui ne resteront pas impunis, selon le principal parti d’opposition du pays.

En lieu et place de son discours habituel, c’est une déclaration que le président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, a lu devant ses militants rassemblés ce samedi au siège de la formation politique. Dans cette déclaration adressée au peuple de Guinée, le chef de file de l’opposition guinéenne a exprimé son indignation face aux assassinats de ses partisans ; mais aussi sa détermination à poursuivre le combat pour, dit-il, l’instauration d’une société plus juste dans notre pays.

« Cette semaine de novembre 2018 sera marquée d’une pierre noire dans la lutte démocratique de notre pays. Semaine de deuil et d’affliction. Le seuil de 100 assassinats d’Alpha Condé a été franchi (…) Je voudrais dire à chacune des familles de ces victimes que ces crimes ne resteront pas impunis », a déclaré l’opposant.

Pour Cellou Dalein Diallo, il n’y a aucun doute que la responsabilité de cette situation incombe au Président de la République, Alpha Condé. « C’est à lui et à lui d’abord que revient la responsabilité de sauvegarder l’intégrité du pays. Cette douleur qui nous atteint tous est l’expression de son arrogance et de son irresponsabilité », soutient-il.

Il qualifie d’ailleurs cette situation d’aveu de faiblesse et d’incapacité du Président Alpha Condé à trouver des réponses aux défis qui se posent quotidiennement aux guinéens : « L’incapacité et l’insouciance qui caractérisent Alpha Condé et son clan, trouvent dans la violence, le seul moyen de répondre aux attentes des citoyens », estime le leader de l’opposition.

Cellou Dalein Diallo qui a aussi rappelé les tueries à Zogota et un peu partout dans le pays depuis l’avènement du Président Alpha Condé au pouvoir, a fait savoir à ses militants qu’il n’est pas prêt à abdiquer face à cette situation. « Ma vie ne représente pas grand-chose face au destin de notre pays. Ma vie n’est pas plus sacrée que celle des autres qui sont tombés sur le champ de bataille.

En tout lieu et en toute circonstance, vous me trouverez devant pour porter l’étendard qui fera la fierté de tous ces jeunes qui ont été assassinés », promet le chef de file de l’opposition guinéenne qui demande à ses militants d’observer la journée ville morte projetée le mercredi prochain et la marche pacifique qui va suivre le lendemain.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin