Un nouvel éboulement est survenu dans l’après-midi d’hier, dimanche 11 novembre 2018 dans une mine d’or de la sous-préfecture de Doko, située à 60 km de la préfecture de Siguiri. Cinq personnes ont été tuées dans cet accident et six autres ont été blessées, a appris le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

C’est une triste réalité qui se poursuit dans les mines d’or de la préfecture de Siguiri qui sont exploitées de façon artisanale. Ce dimanche, 11 novembre 2018 encore, de nombreuses familles ont été endeuillées par un nouvel éboulement particulièrement meurtrier. 5 jeunes ont péri et 6 autres ont été grièvement blessés dans cet accident de travail survenu dans la mine d’or Fadakoba située dans le district de Kourako, sous-préfecture de Doko.

Selon Fodé Konaté, le chef local des Tombolomas (Les gendarmes des mines d’or), les victimes exploitaient une mine interdite d’exploitation en raison de sa dangerosité. « Le drame est survenu dans un ancien trou. Ce trou est très risqué, c’est pourquoi nous avons interdit son exploitation et nous avons même coupé du bois pour fermer le trou. Le samedi passé, nous avons arrêté une vingtaine de jeunes sur les lieux, ils sont venus ouvrir le trou pour y travailler.

Nous les avons libérés après qu’ils aient pris l’engagement de ne pas récidiver. Hier dimanche encore, des gens sont venus travailler au même endroit. Et c’est à ce moment que l’éboulement s’est produit. Ce sont les cris des gens qui nous ont alertés. 5 personnes ont trouvé la mort et 6 autres ont été grièvement blessées », a-t-il expliqué.

Interrogé par Guineematin.com sur cette question, le sous-préfet de Doko a regretté ces pertes en vies humaines. Namory Doumbouya a déploré aussi le comportement des mineurs qui ne mesurent pas les risquent en travaillant : « Il n’est pas facile de contrôler cette situation. Nous avons interdit l’exploitation des sites jugés à risque, mais comment on peut déployer les agents de sécurité que nous avons pour surveiller les mines tandis que les citoyens s’entretuent de l’autre côté.

Les jeunes se droguent pour descendre dans les trous, sinon quand tu vois ces trous, si tu n’es pas drogué tu ne peux y descendre », a dit le sous-préfet qui annonce une nouvelle rencontre avec les Tombolomas pour prendre d’autres dispositions face à cette série d’éboulements mortels.

Les victimes de cet éboulement sont :

Abdoulaye Sidibé, 27 ans, célibataire sans enfant, originaire de Kissidougou ;

Mamady Mara, 24 ans, célibataire sans enfant, originaire de Kérouné ;

Mamady Diakite, 27 ans, marié à une femme, sans enfant, originaire de Mandiana ; Mory Traoré, 25ans, célibataire sans enfant, originaire de Guéckédou ; et Tamba Traoré, âgé d’une vingtaine et dont nous ne connaissons pas l’origine.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin