Tous les signaux font croire aujourd’hui que le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah est décidé à utiliser les nouvelles autorités de la commune urbaine comme fusible et bouclier humain contre les manifestations de l’opposition dite républicaine dans sa juridiction géopolitique, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Au cours d’une rencontre de prise de contact avec les nouveaux maires de la préfecture et leurs adjoints organisée la semaine dernière dans la salle des conférences du bloc administratif préfectoral, les autorités préfectorales de Labé viennent de relever des manquements au sein de la nouvelle équipe dirigeante de la commune urbaine.

Elhadj Safioulaye Bah

Document à l’appui, le préfet de Labé a montré que lors de la dernière marche que l’opposition a organisé dans la ville, les responsables du bureau fédéral de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) ont déposé à la mairie (contrôlée par des cadres de ce parti) une lettre d’information adressée au président de la délégation spéciale qui n’existe plus depuis la veilles des dernières élections locales du 04 février 2018.

En plus, cette lettre d’information erronée a été signée par deux responsables de l’UFDG qui sont aussi membre de la nouvelle équipe du conseil communal.

Cette mise en garde du préfet de Labé est tombée dans des bonnes oreilles du côté de la Fédération UFDG qui est largement majoritaire au sein du conseil communal de la ville.

« Nous avons pris des dispositions. Désormais, les membres du conseil communal vont se passer de la formulation des lettres d’information pour les marches. Le parti a beaucoup de cadres pouvant jouer ce rôle » a rassuré devant la camera de Guineematin.com, le conseiller communal, Younoussa Baldé, secrétaire administratif du comité fédéral des jeunes de l’UFDG de Labé.

Par ailleurs, le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah a prévenu les responsables de l’opposition qu’aucune manifestation ne sera plus autorisée dans sa juridiction géopolitique jusqu’à nouvel ordre.
Personne ne peut interdire ce qui est autorisé par la Constitution, rétorque la Fédération UFDG de Labé, par la voix de Younoussa Baldé.

C’est bien dans ce contexte que la ville de Labé a entamé ce lundi une semaine très mouvementée avec le sit-in des enseignants devant la DPE. Sans oublié l’irruption des élèves et certains acteurs de la société civile dans l’enceinte du gouvernorat.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin