Donnée par beaucoup pour être celle qui va aboutir à un compromis permettant de résoudre la crise qui secoue le secteur de l’éducation, la rencontre entre le gouvernement le SLECG, prévue ce jeudi, 15 novembre 2018, n’a finalement pas eu lieu. Elle a été reportée à la dernière minute, en raison de l’absence de la partie gouvernementale, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Après la rencontre tenue hier, mercredi, 14 novembre 2018 à la Banque centrale, une lueur d’espoir s’est dégagée. Espoir de voir le syndicat à l’origine de la grève des enseignants qui paralyse le secteur éducatif guinéen depuis un mois et demi et le gouvernement guinéen, parvenir à une solution de sortie de crise.

Les parties présentes à cette rencontre, dont le Gouverneur de la BCRG, la délégation de négociation du SLECG et une délégation de l’USTG, centrale syndicale a laquelle est affilié le syndicat des enseignants qui assure la médiation, se sont quittées avec la promesse de se retrouver après le conseil des ministres de ce jeudi au même endroit.

Certains annonçaient déjà que cette rencontre allait permettre de signer un éventuel accord qui serait obtenu et qui permettrait de lever la grève déclenchée le 03 octobre dernier. Mais, cette rencontre n’a finalement pas eu lieu. La délégation du SLECG a rallié, comme prévu, la Banque centrale, mais pas le gouvernement.

La partie gouvernementale a indiqué qu’elle est toujours en conseil des ministres et que sa délégation ne pouvait pas être au rendez-vous. La rencontre a été reportée donc ultérieurement et les émissaires du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée est rentrée, en attendant d’être recontactés par le gouvernement.

Mais, selon des indiscrétions, cette rencontre a été reportée parce que le gouvernement n’avait pas encore une proposition concrète à faire aux syndicalistes et qu’il ne voulait pas venir à cette rencontre, les mains vides. Nos sources annoncent que dès que le gouvernement trouvera une proposition acceptable par le SLECG, il fera appel aux syndicalistes pour tenter de mettre fin à la grève des enseignants en cours.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin