Une grandiose cérémonie s’est tenue hier vendredi, 16 novembre 2018, à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry. C’était à l’honneur de nos compatriotes qui ont pris part à la 19ème session du concours d’agrégation de Médecine humaine, Pharmacie, Odontostomatologie, Médecine vétérinaire et Productions animales, organisée du 06 au 14 novembre 2018 à Libreville, au Gabon.

Sur les 18 candidats guinéens qui ont pris part à ce concours du CAMES (Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur), 14 sont passés au grade de Maîtres de conférences agrégés, a appris un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Dans son discours, Doussou Lanciné Traoré, le recteur de l’université Gamal Abdel Nasser, a félicité les lauréats pour leur réussite à ce concours. Ensuite, il a exprimé sa reconnaissance au département de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique pour la prise en charge des candidats au compte de la session 2018. « Le département de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a non seulement apporté un précieux soutien moral, mais aussi un important appui financier pour la prise en charge entière de nos candidats à la cession ordinaire du CAMES pour l’année 2018. Je ne saurai trouver tous les mots qu’il faut pour remercier monsieur le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, monsieur le Premier ministre, chef du gouvernement, à de l’aide qu’ils ont fournie pour la réussite de nos candidats ».

Par ailleurs, monsieur Traoré a félicité les lauréats de ce concours continental. « Je tiens à féliciter les candidats et exprimer ma satisfaction pour la participation effective de chacun aux différentes étapes des évaluations du CAMES pour la session 2018. C’est en tout cas fort de certitude, que notre communauté scientifique saura relever les défis de l’enseignement pour le développement, que j’adresse mes vifs et chaleureux remerciements aux différents candidats pour les résultats obtenus. Pour l’histoire, vous me permettez de rappeler qu’à l’accession de notre pays à la souveraineté nationale en 1958, la Guinée ne disposait que de 4 cadres supérieurs. C’est ce qui a obligé le jeune gouvernement guinéen d’alors à créer, dès 1962, la première institution d’enseignement supérieur qui nous reçoit aujourd’hui ici sur son campus. C’est pour nous une grande victoire aujourd’hui, nous puissions dénombrer tous ces grands hommes de sciences qui ont fait leur université ici et ailleurs ».

De son côté, le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Abdoulaye Yéro Baldé, promet de tout mettre en œuvre pour la culture de l’excellence dans le système de l’enseignement supérieur. « Nous œuvrerons avec bienveillance sur la culture de l’excellence dans le système de l’enseignement supérieur pour une formation basée sur des objectifs pédagogiques, pour l’acquisition de connaissances, compétences et aptitudes. A l’image de la Médecine, Pharmacie, Odontostomatologie, nous souhaitons un engagement de tous les autres départements vers la qualification du CAMES ».

Prenant la parole, Thierno Mamadou Tounkara, le représentant des lauréats, a remercié tous ceux qui ont contribué à leur réussite avant d’inviter tout le monde à s’investir pour le développement de la Guinée. « En cette heureuse circonstance, les lauréats du 19ème concours d’agrégation, vos lauréats n’ont qu’un seul mot dans leur bouche, et ce mot c’est la gratitude. Nous exprimons notre gratitude à tous ceux qui ont participé au processus, à nos maîtres, à notre institution et par dessus tout au gouvernement guinéen, à travers le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Vous nous permettez, avec beaucoup d’humilité, de nous adresser à tous ceux qui doutaient pour leur dire ceci : en chacun de nous dort un génie. Et ce génie là, il est possible de le réveiller. Alors, ensemble réveillons ce génie pour une Guinée qui gagne. En tout cas, pour notre part, nous lauréats du concours d’agrégation, nous nous engageons à jouer pleinement notre partition et cela, encadrés par nos Maîtres ».

A noter toutefois, que des difficultés ont été notées par les membres du jury à l’occasion de ce concours du CAMES. Parmi ces difficultés auxquels les candidats guinéens ont été confrontés, figurent le manque d’internat en Guinée et le manque de services hospitalo-universitaires…

Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin