Les nouveaux élus des cinq communes de Conakry ont été reçus par le gouverneur de la capitale guinéenne, dans la journée de ce lundi, 19 novembre 2018. La démarche visait à dévoiler les responsabilités des élus dans le schéma actuel de la sécurisation de la ville.

C’est le gouverneur, le général Mathurin Bangoura, qui a présidé la rencontre, tout en annonçant la mise en place de PA sur la route Le Prince, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

« L’État a pris ses dispositions, en ciblant 31 points, de Hamdallaye jusqu’à Kagbélen. A ce niveau, des PA (Points d’appui) vont être installés. Ces PA sont là pour assurer la sécurité des citoyens de la ville et de leurs biens », a notamment dit, pour l’occasion, le général Mathurin Bangoura. Une manière de dire que l’armée sera désormais dans le rues de cette partie de Conakry.

Inquiet de la situation qui prévaut dans la ville de Conakry, Mathurin Bangoura, demande une franche collaboration des conseillers et maires élus des communes de Conakry. « Nous vous demandons de prendre des mesures la sécurité, en invitant les chefs de quartiers de vos communes, pour voir très rapidement, quelles pistes de solutions envisager, et qu’ensemble on puisse travailler main dans la main. La situation qui prévaut aujourd’hui, elle est ni une situation de partis politiques, mais c’est une situation de sécurité de l’ensemble », a fait remarquer le gouverneur.

Par ailleurs, le gouverneur de la ville annonce que, désormais, ce sont les maires qui donneront l’autorisation de marcher. « C’est vous les maires et les conseillers qui allez gérer vos différentes communes. Quand un parti politique voudra marcher désormais, il va s’adresser à la commune où elle doit manifester, si la commune accepte que la marche ait lieu, la marche aura lieu et si elle refuse, elle n’aura pas lieu. Ce n’est plus une affaire qui relève désormais de la ville de Conakry. Les codes des collectivités sont clairs dessus, ce n’est pas le gouverneur Mathurin Bangoura qui donne le pouvoir. Ils sont élus, les codes de collectivités leur donne entièrement le pouvoir », explique-t-il.

En outre, Mathurin Bangoura demande humblement aux élus présents et aux chefs de quartiers qui relèvent directement de ces différentes communes de faire de sorte qu’au niveau des familles, au niveau des quartiers et au niveau des communes, à se donner les mains pour qu’ils parlent de la Guinée et non d’ethnie. « La politique va avec, on parlera toujours des partis politiques, mais qu’on enlève l’ethnie dans tout ce que nous sommes en train de faire aujourd’hui », a martelé le Mathurin Bangoura.

D’autres mesures sont également prises contre les taxi-motards de Conakry, a fait savoir Mathurin Bangoura. « A partir du 1er janvier 2019, tout taxi-motards vivant dans la ville de Conakry, aura l’obligation d’avoir deux casques. Sur les deux casques, son numéro de téléphone sera inscrit. En plus, ils auront l’obligation d’avoir des gilets que nous allons leur affecter ».

Aminata Touré, nouvellement installée maire de Kaloum, a dit que « tout le monde s’attend à cela et tout le monde souhaite la paix. Personne ne souhaite que ça dégénère et qu’on se trouve dans une guerre civile ou dans une situation que nous ne pourrons plus maîtriser. Nous avons fait toute notre campagne sur la cohésion sociale, ça implique tout le monde. Je pense que nous avons donné un signal le jour l’élection. Parce que nous à Kaloum, dans notre exécutif, nous avons le RPG, l’UFR, l’UFDG, L’UDG, et Kaloum Yigui ».

Fatoumata Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin