Un accrochage a opposé, hier, mardi 27 novembre 2018, des partisans du RPG Arc-en-ciel et ceux du nouveau maire de la commune rurale de Siguirini, issu d’une liste indépendante. Les deux parties se sont affrontées à l’aide de jets de pierres, faisant au moins 7 blessés des deux côtés, a appris le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture de Siguiri.

La commune rurale de Siguirini, dans la préfecture de Siguiri, a son nouveau maire élu, mais elle n’en a pas encore fini avec les problèmes engendrés par les élections locales. En effet, le RPG Arc-en-ciel refuse toujours de reconnaître la victoire du nouveau maire, Sékou Keïta, issu de la liste indépendante CIDS (Candidats indépendants pour le développement de Siguirini). Et, le parti au pouvoir décide d’empêcher ce dernier de prendre le contrôle de la mairie.

C’est dans ce contexte donc que Sékou Keïta qui attend toujours sa prise de fonction, a décidé de réparer en attendant le mât de la mairie qui est endommagé. Il a engagé des personnes pour aller faire le travail ce mardi, 27 novembre 2018. Mais, cette initiative n’a pas été du goût des partisans du RPG Arc-en-ciel. Ces derniers sont allés tenter de les empêcher de faire ce travail. S’en suit alors un accrochage qui a fait plusieurs blessés dans les deux camps.

Et, à l’issue de l’affrontement, chacune des parties a tenté de tirer la couverture de son côté. Pour le nouveau maire, ce sont les RPGistes qui ont été les premiers à jeter des cailloux sur ses partisans. « Il y a deux ans, un camion a endommagé le mât de la mairie. Ce matin donc, nous avons pris l’initiative de réparer ce mât. Mais, lorsqu’on travaillait, un groupe de partisans du RPG est venu nous dire d’arrêter le travail. Pendant qu’on échangeait avec leur leader, les autres ont commencé à jeter des cailloux sur nous. Nous avons enregistré trois blessés dans nos rangs », a indiqué Sékou Keïta.

Une version aussitôt démentie par le camp d’en face. Même s’il reconnaît que ses hommes sont allés empêcher l’équipe de Sékou Keïta de faire le travail entamé à la mairie, Madou Oulèn Camara, le président de la jeunesse de Siguiri, soutient que ce sont leurs adversaires qui ont commencé les hostilités. « Les indépendants ont acheté du ciment pour réparer le mât de la mairie, c’est une bonne chose. Mais nous, nous avons dit qu’ils ne peuvent engager aucun travail à la mairie alors qu’il n’y a pas eu de passation de service.

Nous avons déposé un recours contre l’élection de leur candidat à la tête de la mairie et nous attendons la réponse d’abord. Quand ils ont commencé donc le travail, nous sommes allés leur demander d’arrêter. Ils ont commencé à nous insulter pères et mères. Une équipe de la police est venue les rencontrer, ils se sont entretenus et les agents sont repartis. Dès que les policiers sont partis, ils ont repris le travail. Nous sommes revenus leur dire d’arrêter et c’est ainsi qu’ils se sont attaqués à nous. Ils ont jeté des cailloux sur nous, blessant 4 de nos membres », a-t-il déclaré.

Les blessés ont été conduits à l’hôpital pour des soins. Et, même si le calme est revenu pour l’instant, la tension reste très vive actuellement dans la commune rurale de Siguirini.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin