Le bicéphalisme qui mine l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée (USTG) continue de prévaloir, même si les appels à l’unité ne manquent pas. Cette centrale syndicale, version Abdoulaye Camara, s’est retrouvée ce mardi, 4 décembre 2018, à la Bourse du travail, à Kaloum, pour se pencher sur l’actualité. Ses membres ont saisi l’occasion pour apporter leur soutien à Abdoulaye Camara et au bureau exécutif élu récemment à Mamou, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

La rencontre de ce mardi a réuni de très nombreux syndicalistes de l’USTG, version Abdoulaye Camara, dont le bureau exécutif a été mis en place le 28 octobre dernier à Mamou. Cette réunion intervient quelques semaines après l’élection d’un autre bureau exécutif à Conakry, dirigé par Abdoulaye Sow, Aboubacar Soumah et autres.

Cette rencontre a pour objectif d’apporter au bureau mis sur pied à Mamou et peaufiner de nouvelles stratégies afin d’harmoniser leurs efforts pour obtenir de meilleures conditions de travail.

À l’entame de son discours, le secrétaire général de l’USTG, Abdoulaye Camara a remercié et félicité touts les responsables des structures syndicales présentes. Selon lui, « ils ont les acteurs de la victoire face aux interminables et infinies tergiversations qui ont caractérisé l’organisation du congrès national de l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée.

En allant au congrès, nous savions les grands défis que nous devions désormais affronter face aux disparités et aux faiblesses qu’a connu notre organisation ces dernières années, faiblesses qui avaient conduit l’USTG presque au bord du gouffre. Aujourd’hui, si la distinction me revient pour avoir obtenu vos suffrages de diriger une si puissante centrale syndicale, c’est à vous et vous seul travailleurs et travailleuses, affiliés à l’USTG, que i revient cet honneur ».

Par ailleurs, Abdoulaye Camara est revenu l’élection d’un second bureau exécutif, à l’occasion d’u congrès tenu du 19 au 21 novembre dernier. Ce bureau exécutif bis, qui a comme président d’honneur, Louis M’bemba Soumah, est décrié par Abdoulaye Camara. « Nous sommes allés à Mamou parce que le congrès a été convoqué laba par l’ex secrétaire général de l’USTG, Louis N’Bemba Soumah. Comme vous le savez, Abdoulaye Sow avait fait une désaffiliation à l’USTG.

En matière de syndicat, quand tu te désaffilies, il faut faire une ré-affiliation. Au moment où nous tenions les réunions au cours desquelles on a pris l’initiative de faire le congrès à Mamou et, de façon unanime, ses camarades n’étaient pas parmi nous. Donc, aujourd’hui, je considère qu’ils ne sont pas de l’USTG, parce qu’ils n’ont pas fais leur lettre de ré-affiliation. Je vais mettre la balle à terre, je vais demander à nos camarades de continuer à œuvrer pour le rassemblement », a lancé Abdoulaye Camara.

Pour sa part, Hadja Kadiatou Diallo, secrétaire générale régionale de l’USTG, a dit qu’il n’ya qu’un seul bureau exécutif, celui qui est élu à Mamou. « Déjà, le congrès a été convoqué à Mamou. Il a bel et bien eu lieu à Mamou avec touts les honneurs, avec toutes les représentativités. Toutes les structures à la base reconnaissent que notre secrétaire général, élu à Mamou, c’est le général Abdoulaye Camara, c’est lui que nous reconnaissons et c’est lui qui est légal », a martelé la syndicaliste.

De son coté le secrétaire général de la fédération des transports et mécaniques, affiliée à l’USTG, prône l’unité des syndicalistes guinéens pour pouvoir défendre les intérêts des travailleurs. « Il y’a le bicéphalisme qui gangrène, qui se voit aujourd’hui au niveau de l’USTG. Cela affaiblit un syndicat. Lorsque le syndicat est divisé, ce sont les travailleurs qui ont tout à perdre. Notre intérêt, c’est de lutter contre ce fléau. Nous devons tout faire pour rassembler tout le monde. Mais, lorsque les intérêts personnels se mêlent, nous n’avons pas intérêt. Donc, notre combat, c’est comment unir tout le monde pour développer le dialogue social ».

Salimatou Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com