Le retrait de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019 de football des mains du Cameroun fait couler un flot d’encre et de salive. Mais, la sortie médiatique du président de la Confédération Africaine de Football (CAF) en rapport avec les éditions de la CAN de 2021 et 2023 a hérissé les cheveux de très nombreux guinéens. L’organisation de l’édition 2013, confiée à la Guinée sans appel à concurrence, pourrait prendre un coup sérieux, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Le président de la CAF, Ahmad Ahmad, a annoncé sur une chaine camerounaise que le Cameroun, dépossédé de la CAN 2019, pourrait organiser l’édition de 2021, initialement donnée à la Côte d’Ivoire. Dans la même annonce, le président de l’instance suprême du football africain a ajouté que la Côte d’Ivoire pourrait également se retrouver avec l’édition de 2023.

Mais, ce qui a le plus attiré l’attention des guinéens et qui inquiète désormais, c’est le fait qu’Ahmad n’a rien dit de la Guinée, désignée en 2014 par la CAF pour abriter l’édition de la CAN de 2023.
Au lendemain de cette annonce, les spécialistes du football multiplient les sorties pour apporter leur point de vue sur le sujet. Selon Thierno Saidou Diakité, consultant sportif et chroniqueur au groupe de presse Lynx/Lance, « le retrait de l’édition 2019 des phases finales de la CAN au Cameroun a des conséquences multiples. Au premier chef, la Guinée est concernée. Avec la décision prise par la CAF, il y a un chamboulement dans le calendrier des trois prochaines éditions ».

Parlant du cas spécifique de notre pays, intéressé par l’édition de 2023, Thierno Saidou Diakité dit que « ce qui laisse un doute, une suspicion dans l’esprit de l’opinion publique, c’est que nulle part on a fait cas de la Guinée. Certains même en ont déduit que la CAN n’est de plus de mise en Guinée. Surtout quand on connait dans quelles conditions, à la surprise générale l’édition de 2023 nous a été attribué, alors que la Guinée était partie pour postuler pour les éditions de 2019 et 2021 ».

A la question de savoir si cette CAN tant attendue ne s’éloigne pas de la Guinée, monsieur Diakité soutient qu’on pourrait le penser a priori, « surtout que pour 2025, le Sénégal a officiellement annoncé sa candidature. Macky Sall qui va briguer un second mandat à la tête du Sénégal, en févier prochain, a annoncé avec fracas la candidature du Sénégal pour la CAN 2025. Un stade de 50 mille places va être érigé à Damnadio. La CAN s’éloigne de le Guinée, c’est vrai. Mais, à mon avis, la cause n’est pas encore perdue ».

Que doit faire alors la Guinée pour ne pas que ce rêve attendu par tout un peuple soit brisé ? Pour Thierno Saidou Diakité, « rien n’est perdu, à condition que le gouvernement monte au créneau pour confirmer auprès du président de la CAF notre volonté à abriter cette compétition. Au plan interne aussi, qu’on commence maintenant les préparatifs proprement dits. Parce qu’il y a des sites qui ont été identifiés. Si ces sites sont confirmés, les travaux proprement dits de réalisation des infrastructures commencent à partir de l’année prochaine… Il faut qu’on se lève, qu’on se mette en évidence. Ce qui est clair, il n’est plus question de 2023, mais de 2025. Même si pour cette dernière année, le Sénégal est dans les rangs ».

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com
Tél 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com