La campagne d’extraction et de destruction de minutions issues d’anciens stocks de l’armée guinéenne, conservées dans le camp de la troisième région militaire de Kankan, est arrivée à son terme. La cérémonie s’est tenue hier mardi, 4 décembre 2018, dans l’enceinte du camp ainsi que dans la zone de destruction des munitions, située dans la sous-préfecture de Koumban, à plus de 35 kilomètre de la commune urbaine, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

La cérémonie s’est déroulée en présence des autorités régionales, préfectorales ainsi que des ambassadeurs de l’Union Européenne et de la France qui sont les partenaires de notre pays dans cette opération de dépollution. Elle a permis la destruction de plus de 165 tonnes d’anciens stocks de munitions laissés à l’abandon dans plusieurs zones d’enfouissement de la ville de Kankan. Ce qui représentait un risque énorme pour les populations locales.

Après la destruction symbolique des 10 dernières tonnes de munitions et des mines anti-personnelles, le Capitaine Genin Didier, un des responsables de la mission a livré la conclusion. « Les plus grosses pièces faisaient 10 kilogrammes. Quant aux calibres, la plus grosse munition, c’était un obus de 85 millimètres, largement rencontré qui est d’origine soviétique. Sur les 165 tonnes, nous avons trouvé une munition française qui représente 300 grammes, c’est une grenade datant des années 1920 et qui est resté longtemps en service dans notre armée et bien sûr en Guinée. Maintenant, les munitions qui ont été traitées et extraites sont à 60% soviétiques et 40% chinoises ».

Gérald Hatler, chef de coopération et premier conseiller de la délégation de l’Union européenne en Guinée, a livré ses sentiments après la destruction de cette importante quantité de munitions. « Ce projet que l’Union européenne cofinance est très important pour nous, parce qu’un de nos champs de travail est la réforme du secteur de sécurité en Guinée. On a vu aujourd’hui le travail que les experts ont fait à Kankan, c’est quand même une quantité importante de munitions qui a été détruite, plus de 165 tonnes. La population était en danger. On a été témoin de l’explosion des 10 tonnes symboliques. Donc, on est très content de travailler ensemble ».

Présent avec la délégation, le gouverneur de la région de Kankan, le général Mohamed Gharé a remercié les partenaires techniques et financiers pour la réussite de cette opération. « En tant que première autorité de la région de Kankan, c’est avec beaucoup de satisfaction que j’ai assisté à cette opération de dépollution. C’est le lieu pour moi de remercier nos partenaires techniques et financiers, je veux parler de l’Union européenne, de l’Ambassade française et bien sûr, la section de déminage des forces armées guinéennes ».

Cette opération a aussi permis aux missionnaires de former et d’outiller les militaires de la section de déminage des forces armées guinéennes en vue de pouvoir réaliser des opération d’une telle envergure.

A rappeler que cette campagne a été menée grâce à un cofinancement de l’UE, à hauteur 450.000 Euros, et de la France pour 114. 714 euros, avec une participation en donation de matériels et équipements des forces de défense et de sécurité guinéennes pour un montant estimé à 100.000 euros.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA, pour Guineematin.com

Tél : 00224 627 24 13 24

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com