Quatre des cinq greffiers, meneurs de la grève de juin dernier, ont vu leur suspension levée officiellement par le ministre d’Etat en charge de la justice. La décision est tombée hier mercredi, 05 décembre 2018, à travers l’arrêté 2018/ N°8132/MJ/CAB/DRH/SGG. Les greffiers savourent cette sortie heureuse de crise après plus de quatre mois de suspension, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Depuis le mois de juin denier, cinq greffiers avaient été suspendus par le garde des sceaux pour « faute lourde » alors qu’ils n’avaient demandé que l’application du statut particulier des greffiers de Guinée que le président de la République a signé le 3 août 2016.

Après avoir passé plus de quatre mois de galère, sans salaires, quatre des cinq greffiers ont vu leur suspension levée. Ce sont : Arafan Diané, Mamadou Dian Baldé, Kaba 1 Traoré et Jean Bongono. Pour le 5ème le cinquième, Tamba Ouendeno, sa suspension va continuer pour des raisons qu’on ignore alors qu’ils avaient tous été suspendus pour les mêmes raisons au même moment par les arrêtés 2018/N°4865, 66, 67, 68, 69/MJ/CAB/ du 11 juin 2018.

La décision qui lève cette suspension précise que les intéressés bénéficieront d’une affectation ultérieure.

Joint au téléphone, Maitre Salifou Béavogui, avocat des greffiers, s’est dit content de cette mesure. « Je suis très content que cette décision soit prise par monsieur le ministre de la justice. Je le remercie et je remercie tous ceux qui se sont impliqués pour qu’on en arrive là. Je prie les autorités de bien vouloir lever la suspension du 5ème, en l’occurrence Tamba Ouendeno ».

S’adressant aux quatre jeunes greffiers, maitre Béa leur demande « de se mettre entièrement au service de la justice avec professionnalisme ».

Pour rappel, quatre vingt douze (92) greffiers avaient signé une pétition appelant à une grève générale et illimitée qui a démarré le vendredi 08 juin 2018. Ils réclamaient « l’application du statut particulier des greffiers de Guinée que le président de la République a bien voulu signer le 3 août 2016. Un statut dans lequel nous avons des avantages qui sont accordés. Des avantages liés aux primes de fonction, aux primes de transport et de logement, mais surtout les primes d’audience ».

C’est suite à ce mouvement, que les cinq initiateurs de la pétition avaient été suspendus par le garde des sceaux.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com