Le ministre de l’enseignement technique, de la formation professionnelle, de l’emploi et du travail, est l’un des trois ministres à être passés hier jeudi, 06 décembre 2018 devant l’Assemblée nationale pour défendre leurs budgets sectoriels. Une première pour Lansana Komara qui n’a pas manqué de souligner la baisse du budget prévisionnel de son département par rapport à l’année passée. Et, même s’il n’est pas directement concerné par la grève des enseignants qui secoue l’enseignement pré-universitaire depuis plus de deux mois, le ministre Komara s’est prononcé sur la question à l’occasion de la phase des débats, promettant que le gouvernement va venir à bout de cette grève, rapporte un journaliste de Guineematin.com sur place.

Établi à 215 milliards 750 millions 489 mille francs guinéens en 2018, le budget du ministère de l’enseignement technique, de la formation professionnelle, de l’emploi et du travail a connu un taux d’engagement de 64%. Ce montant a été réduit de 2,15% et le budget du département s’établit à 211 milliards 750 millions 489 mille francs.

Avant de justifier l’utilisation du budget 2018 de son département, Lansana Komara a tenu à rappeler la mission assignée au ministère qu’il dirige depuis quelques mois. Une étape qui a été suivie des questions des députés entremêlées de propositions et de recommandations.

Après les questions des parlementaires, le ministre de l’enseignement technique, de la formation professionnelle, de l’emploi et du travail est revenu au parloir pour apporter des réponses à ces différentes interrogations.

Sur la question des déperditions scolaires, Lansana Komara indique que des efforts énormes méritent d’être déployés à ce niveau pour récupérer ces jeunes et leur offrir une chance de réussite dans la vie.

Sur le niveau d’avancement des travaux des écoles régionales, le ministre soutient que celles de Boké, Labé, Kankan, Kissidoudou sont finies et attendent leurs équipements pour être opérationnelles. Les écoles, Coyah et Conakry sont en cours de construction. A Mamou et Faranah, les études de faisabilité sont finies et le département est à la recherche de financement. « La BID nous a promis dès 2019 », a soutenu l’exposant.

Parlant de l’école des arts et métiers, construite à Télimélé et qui n’a pas de formateur, le ministre promet d’y envoyer une mission qui passera voir ce qu’il faut faire. Dans la même optique, celle de Gaoual retient l’attention du département. « Notre ambition est de couvrir tout le pays. Notre développement en dépend », a dit Lansana Komara.

De la réduction de la pauvreté. Pour le ministre, cette question n’est pas dépassée. Il a conseillé de ne pas confondre le document de réduction de pauvreté à la question elle-même qui rentre dans le cadre du développement durable.

De l’office national de formation et de perfectionnement professionnel (ONFPP), le ministre dit avoir pris bonne note des suggestions des députés qui ont sollicité la limitation des interventions des privées dans la collecte des fonds pour cet office.

De la grève des enseignants, Lansana Komara soutient qu’ils commencent à rentrer en classes et en grand nombre, avant de lancer un appel aux députés. « Nous souhaitons le concours de vous tous pour arriver à bout de cette grève. Je vous dis que le dialogue continue avec les enseignants et nous allons venir à bout de cette grève », a-t-il promis.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com
Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com