Des partisans de l’opposition guinéenne ont manifesté ce lundi, 10 décembre 2018 à Bambéto. Ils ont organisé un sit-in dans la rue pour protester contre la crise dans le secteur de l’éducation nationale et réclamer la justice sur les tueries d’opposants enregistrées à l’occasion des manifestations politiques à Conakry, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Alors que plusieurs voix s’élèvent de plus en plus pour demander à l’opposition républicaine de revoir sa stratégie, le groupe amené par Cellou Dalein Diallo n’entend pas ces appels d’une bonne oreille. Les adversaires du régime Alpha Condé décident de poursuivre et même d’intensifier leurs manifestations sur les voies et places publiques jusqu’à ce qu’ils soient entendus par le pouvoir.

C’est dans ce cadre qu’ils ont lancé un appel à des sit-in ce lundi matin à plusieurs endroits de Conakry. C’est notamment au rond-point de Bambéto où un petit groupe de militants de l’opposition s’est réuni pour se faire entendre. Les manifestants avaient une banderole et des pancartes et scandaient des slogans comme : « J’ai droit à la vie! Justice pour nos morts et à leurs amis! Nos enfants à l’école! ».

« Nous sommes là depuis 7 heures du matin pour demander justice pour nos morts, nous demandons le retour de nos enfants à l’école, nous demandons à ce que ces militaires (Les PA installés le long de la route Le Prince) qui arrêtent les jeunes et retirent leurs motos et leur argent quittent sur l’Axe. Aujourd’hui c’est lundi et nos enfants ne sont pas partis à l’école, nous sommes là donc pour exiger leur retour dans les classes.

Ici à Bambeto, il y a 103 jeunes qui ont été assassinés dans les manifestations politiques et qui sont enterrés au cimetière ici, il n’y a pas eu de justice sur ces assassinats. Voilà les raisons qui nous ont poussés à tenir ce sit-in pour dire à l’opinion nationale et internationale que nous sommes fatigués. Nous demandons au ministre de la justice, maître Cheik Sacko de faire en sorte que justice soit rendue pour nos frères tués et enterrés ici même à Bambéto », a expliqué Elhadj Aliou Diallo, jeune militant de l’UFDG.

Après un long moment de protestation, les manifestants sont rentrés chez eux dans le calme. Les forces de l’ordre ne sont pas intervenues et aucune violence n’a été enregistrée sur les lieux. Même la circulation n’a pas été empêchée.

A rappeler que l’opposition républicaine projette une nouvelle marche pacifique jeudi prochain à Conakry. Cette manifestation aura comme particularité, la multiplicité des points de ralliement. Une façon pour les opposants d’éviter que le mouvement ne soit vite étouffé par les forces de l’ordre.

Avant cette manifestation, Cellou Dalein Diallo et ses amis tiendront une conférence de presse demain mardi, 11 décembre 2018 pour s’expliquer davantage sur les raisons qui les poussent à appeler à des manifestations de rue quasi-régulières depuis quelques mois à Conakry.

Salimatou Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin