Le corps sans vie d’une jeune fille âgée de 13 ans a été retrouvé à quelques mètres d’un marigot situé dans la commune rurale de Porédaka (Préfecture de Mamou). La défunte était portée disparue depuis une semaine. Elle aurait été violée avant de rendre l’âme, a appris un des correspondants de Guineematin.com à Mamou.

Selon nos informations, la fille est sortie le weekend dernier avec des jeunes pour aller en boite de nuit. Depuis, elle n’a pas fait signe de vie à sa famille qui a fini par saisir le commissariat urbain de police de Porédaka. « C’est une fille qui est sortie le samedi passé (le 1er décembre 2018) avec des jeunes. Depuis ce jour, elle n’a pas été retrouvée. Quand les parents ont constaté la disparition de leur fille, ils ont fait une plainte qu’ils ont envoyée au commissariat urbain. Ils sont restés à mener les enquêtes. Entretemps, les parents des jeunes qui sont accusés d’être sortis avec la fille se sont retrouvés pour demander à ce qu’on mette les enfants à leur disposition pour qu’ils recherchent la fille. Ce qui fut fait.

Mais, le vendredi dernier, les parents de la fille sont venus demander à ce qu’on arrête les enfants (les jeunes) parce qu’ils n’ont pas encore retrouvé leur fille. Et, le samedi matin, j’ai été informé par des citoyens qu’un corps sans vie a été retrouvé quelque part. J’ai aussitôt mobilisé mes forces de sécurité : police et gendarmerie, pour leur demander d’aller sur le terrain pour essayer de faire des recherches », a expliqué Gueladjo Keïta, le sous-préfet de Porédaka, joint au téléphone par la rédaction régionale de Guineematin.com à Mamou.

Sur le terrain, les agents de sécurité, avec l’aide des populations, ont procédé à l’identification du corps. Il s’agissait bien du corps de la fille qui était jusque-là portée disparue. « Le corps de la fille se trouvait à côté d’un marigot situé à l’ouest de la commune rurale. Mais selon les médecins légistes, il y aurait eu viol sur la fille. Parce que les traces sur le corps et la position du corps laissent présager qu’il y a eu un viol collectif sur la fille. Mais comme nous n’avons pas toutes les informations, il appartient à la sécurité et à la justice de déterminer les vraies causes de la mort de la fille », a indiqué le sous-préfet Gueladjo Keïta qui précise que cette affaire a déjà été transférée au commissariat central de police de Mamou pour la suite des enquêtes.

Sur instruction du procureur de la République près le tribunal de première de Mamou, apprend-on de citoyens de Porédaka, le corps de la jeune fille a été restitué à sa famille pour son enterrement. Quant aux responsables présumés de la mort de cette jeune fille, ils ont tous été arrêtés par la police.

A suivre !

De Mamou, Keïta Mamadou Baïlo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin