Dans la suite des plénières à l’Assemblée nationale, trois ministres sont devant les députés ce mardi, 11 décembre 2018. Ce sont les chefs des départements de la Jeunesse et de l’emploi des jeunes, Mouctar Diallo ; de la pêche, de l’aquaculture et de l’économie maritime, Frédéric Loua ; et, du commerce, Boubacar Barry, dit Big up, qui défendent leurs budgets sectoriels.

En présentant le budget de son département, le ministre du commerce, Boubacar Barry, a annoncé une augmentation qui passe de 38 milliards 281 millions 35 mille francs guinéens en 2018 à 40 milliards 969 millions 793 mille pour l’exercice de l’année 2019.

Le Chef du département de la pêche, de l’aquaculture et de l’économie maritime, Frédéric Loua également, peut se réjouir d’une légère amélioration de son enveloppe qui passe de 52 milliards 586 millions 979 mille contre 49 milliards 93 millions 109 mille 498 francs guinéens.

En attendant d’avoir les détails budgétaires du département de la jeunesse, il ressort que le montant accordé à ce département dirigé par l’ancien député et président des NFD, est largement en deçà des besoins exprimés. Mouctar Diallo, s’en est largement expliqué et tenté de convaincre les députés en vue d’un soutien.

Un plaidoyer qui a failli provoquer l’ire des parlementaires. Pour Alpha Mohamed Diallo, rapporteur général, « l’Assemblée nationale est régie par un Règlement intérieur. Nous recevons un projet de budget et non une proposition de budget. Il est clair, si nous devons demander l’augmentation d’une dépense, la loi nous exige d’indiquer la poche de recette… ».

Michel Kamano, le président de la commission économique, financière, plan et coopération internationale, va dans le même sens. « Un budget ne finance pas les prévisions mais besoins ». Après avoir souligné l’augmentation du budget ce département de près de 3 milliards, passant de 34 à 37 milliards de nos francs.

Les débats se poursuivent avec les questions des députés.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin