Même si elle n’est pas considérée comme un véritable problème de santé publique en Guinée, l’épilepsie gagne du terrain en Guinée. Il n’y a pas de véritables statistiques en la matière, mais les crises épileptiques enregistrées dans les écoles et autres lieux publics de Conakry constituent une preuve évidente de cette situation. Dans nos sociétés, beaucoup assimilent ces crises à une action des sorciers ou du diable. Mais, tel n’est pas l’avis de Dr Moussa Baïlo Diallo, enseignant chercheur et professeur de Neurophysiologie. Dans un entretien qu’il a accordé à un journaliste de Guineematin.com, ce spécialiste explique entre autres quelles sont les causes de cette maladie.

Décryptage !

Guineematin.com : on s’intéresse aujourd’hui à l’épilepsie, une maladie qui fait de plus en plus de victimes en Guinée mais dont on parle peu encore. Parlez-nous de cette maladie et de ses causes.

Dr Moussa Baïlo Diallo : l’épilepsie est une maladie neurologique qui se traduit par une activité électrique au niveau du cerveau et qui dure longtemps, qui arrive à affecter beaucoup de neurones, tels que les neurones associatifs qui se trouvent dans le système nerveux central. Les causes de cette maladie sont immenses. On peut parler notamment des infections mal traitée. Les infections sexuellement transmissibles, même le sida peut être à la base de l’épilepsie. Il y a également les prénatales, c’est-à-dire les infections qui peuvent atteindre la maman avant la naissance de son enfant.

Si ces infections ne sont traitées et que l’enfant naît avec, ça peut agir sur le système nerveux central plus précisément au niveau du cerveau. Si les différentes parties du cerveau sont affectées par ces infections prénatales, cela peut affecter l’enfant, une fois qu’il dépasse la vingtaine d’années. Autre cause de l’épilepsie, ce sont les infections telles que l’encéphalite. C’est une infection qui touche l’encéphale, un organe du système nerveux central. Quand l’encéphale est atteint, cela peut causer un dysfonctionnement du système nerveux central et puis entraîner l’épilepsie.

Guineematin.com : vous avez des infections prénatales, est-ce que cela veut dire que l’épilepsie est une maladie héréditaire ?

Dr Moussa Baïlo Diallo : l’épilepsie n’est pas citée parmi les maladies héréditaires, mais à travers l’évolution de la science que nous sommes en train de voir actuellement, on comprend bien qu’elle est en partie une maladie héréditaire. Parce que, une fois qu’une femme enceinte est infectée et que l’infection n’est pas traitée, ça atteint l’enfant.

Guineematin.com : une personne qu’une personne est atteinte de cette maladie, à quoi peut-elle s’attendre ? Je veux parler des conséquences que cela entraîne.

Dr Moussa Baïlo Diallo : les conséquences de cette maladie, c’est que les personnes atteintes de cette maladie tombent. Et, le plus souvent, cela arrive dans les lieux publics. C’est pour cela d’ailleurs qu’on considère l’épilepsie comme étant une maladie de diable. Parce que, une fois qu’il y a une foule, la personne malade est émotionnée, c’est-à-dire la conduction de l’information de la périphérie vers le centre nerveux arrive à s’accentuer de trop et soudain, la personne tombe.

Guineematin.com : quels sont les moyens de lutte contre cette maladie ?

Dr Moussa Baïlo Diallo : les moyens de lutte, c’est qu’il faut conseiller d’abord les mamans de se traiter, traiter les infections, surtout les infections sexuellement transmissibles. Toutes les maladies sexuellement transmissibles doivent être traitées à temps pour ne pas que ça puisse agir sur son fœtus. Parce que sinon, cela peut causer ce genre de maladies chez l’enfant et on va accuser les sorciers et les diables alors que ce n’est ni l’un ni l’autre. Ensuite, il faut éviter que les enfants tombent de trop pendant l’enfance parce que cela aussi peut agir négativement sur lui. Il faut savoir que les neurones ont la capacité de rétention des informations à des dizaines ou à des vingtaines d’années.

Donc, l’enfant qui tombe régulièrement à bas âge, ces neurones gardent cette information qu’ils vont répercuter à la longue. Je ne peux pas parler aussi des causes de cette maladie sans parler de la notion d’alimentation parce qu’il y a un régime alimentaire qui est adapté. Il faut toujours respecter un régime alimentaire adapté non seulement au groupe sanguin de l’enfant enfant, mais aussi qui ne va pas endommager ses neurones. Parce que donner des boissons trop sucrées ou trop gazeuses à un enfant à bas âge, cela peut endommager ses neurones. La même chose pour les aliments trop lourds la nuit.

Guineematin.com : on constate que l’épilepsie touche beaucoup plus la couche féminine, particulièrement les jeunes filles. Qu’est-ce qui peut expliquer cela ?

Dr Moussa Baïlo Diallo : effectivement, on constate que cette maladie est beaucoup plus fréquente chez les jeunes filles. Des recherches sont encore en cours pour savoir pourquoi les femmes sont beaucoup plus sensibles à la maladie d’épilepsie que les hommes.

Guineematin.com : autre fait remarquable, c’est que très souvent, dès qu’une fille tombe, d’autres qui sont à côté la suivent. On le constate beaucoup dans les écoles et c’est d’ailleurs l’une des raisons qui font que les gens disent que l’action du diable. Quelle explication pouvez-vous donner à cette situation ?

Dr Moussa Baïlo Diallo : c’est parce que celles qui suivent cette fille qui vient de tomber, portent les gènes de l’épilepsie dans leur corps. Donc elles sont en attente. Une fois qu’une personne tombe, s’il y a une autre qui porte les gènes de l’épilepsie à côté, ses neurones sont immédiatement avertis. Parce que je vous ai dit que c’est une activité soudaine du neurone qui peut arriver au niveau du système nerveux central. En ce moment, tous ceux qui sont porteurs de ces différents gènes peuvent immédiatement suivre la personne qui vient de tomber.

Fatoumata Djouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin