Le vendredi dernier, 14 décembre 2018, le ministre d’Etat en charge de l’Hôtellerie, du Tourisme et de l’Artisanat, Thierno Ousmane Diallo, a présenté son budget sectoriel dont l’enveloppe en 2018 s’élevait à 33 milliards 79 millions 746 mille 726 francs guinéens, décaissé à hauteur de 54% contre un montant en 2019, de 43 milliards 21 millions 695 mille pour un investissement de 20 milliards 283 millions 347 mille.

En marge de la plénière, il s’est prêté aux questions de la presse dont Guineematin.com pour annoncer le programme de son département en 2019.

Selon le ministre, l’année prochaine (2019), les efforts du département seront accentués dans la formation et le renforcement des capacités du personnel, le renforcement des structures opérationnelles, l’appui au secteur de l’artisanat, la catégorisation des hôtels, l’élaboration des documents pour les Guides touristiques et la formation des promoteurs hôteliers et touristiques. Ce qui revient à appuyer et accompagner l’office national du tourisme et celui de l’artisanat en vue de permettre à ces structures de jouer concrètement leur rôle régalien.

Pour ce spécialiste du secteur, il n’est pas admissible que chacun se permette de mettre du n’importe quoi pour qualifier les hôtels.

« Vous pouvez voir des hôtels de 3 étoiles, 4 étoiles, 5 étoiles, des hôtels classiques, et tout ce que vous voulez. Mais nous allons mettre de l’ordre dans le secteur.. Nous allons classifier et catégoriser les établissements hôteliers dans notre pays. Si avant on avait moins 10 de chambres recommandables, de nos jours, nous avons plus de 3000 chambres de haut standing. Nous devons aider les promoteurs à rentabiliser leurs établissements tout en créant les meilleures conditions d’accueil et de séjour aux clients. Voilà le rôle de l’Etat. C’est ce que nous allons faire en 2019 ».

Dans le secteur du tourisme, le potentiel est réel tout comme les difficultés sont nombreuses, a expliqué Thierno Ousmane Diallo. « Nous allons ouvrir le chantier du tourisme par l’élaboration de documents appelés Guides pour les agents sur le terrain. Nous voulons former aussi bien les tenanciers à tous les niveaux mais également les Guides touristes, c’est cette étape que le secteur va connaître une amélioration », a indiqué le ministre.

De l’augmentation du budget de son département, le responsable de l’UPR et ancien député dit bien connaître la procédure. « Nous savons tous que l’Assemblée n’augmente pas un budget. Par principe, si tu soulèves une dépense, tu dois proposer la source de recettes pour compenser. Moi, c’est ce que je demande aux députés, c’est l’autorisation de réajustement entre les lignes pour nous permettre de diminuer certaines dépenses au profit de celles qui sont plus prioritaires comme les investissements », a conclu le ministre.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin