Depuis quelques temps, des agents du commissariat central de Dabompa, dans la commune de Matoto comparaissent au Tribunal correctionnel de Mafanco pour des faits d’abus de confiance et de complicité. Ils sont poursuivis dans une sombre affaire de disparition d’une voiture appartenant à un certain Thierno Aboubacar Bah. Dans la journée de hier, lundi 17 décembre 2018, on en était aux plaidoiries et réquisitions des parties au procès, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

En effet, c’est dans la nuit du 28 mai 2018 que le plaignant, Thierno Aboubacar Bah, est venu confier sa voiture aux agents du commissariat central de Dabompa, à charge de veiller sur elle moyennant une certaine somme d’argent le lendemain. Dans la matinée du 29 mai, Thierno Boubacar revient au commissariat qui sert de parking. Malheureusement, il n’y a plus de traces de sa Mercédès. Les agents lui diront que son chauffeur est venu à 5 heures pour prendre la voiture. Une version contestée par Thierno Aboubacar Bah.

Après avoir longtemps trainé, le dossier fini par atterrir au parquet de Mafanco. Les prévenus dans cette affaire d’abus de confiance et de complicité sont : Bangaly Kamano, le capitaine Eloi Fodé Feindouno, adjudant Djénabou Coumbassa, brigadier chef Aminata Camara, brigadier Mory Mané, tous non détenus.

Pour la journée de ce lundi, c’est maitre Amadou Sow, avocat de la partie civile, qui a été le premier à prendre la parole. Dans ses plaidoiries, maitre Sow a dit que Bangaly Kamano, n’a pas nié le fait d’avoir reçu la voiture à l’effet d’en prendre soin jusqu’au lendemain. « Le chauffeur a comparu ici, il a soutenu n’avoir jamais été au commissariat pour chercher le véhicule »

Par ailleurs, les autres agents, précise-t-il, étaient de gade ce jour-là. Donc, il y a abus de confiance et complicité. Pour ce qui est de la réparation, maitre Amadou Sow va demander de condamner solidairement les prévenus au payement du montant de 40 millions de francs guinéens, constituant selon lui le prix de la Mercédès, et une somme de 20 millions de nos francs comme dommages et intérêts.

Pour sa part, la procureure Joséphine Loly Tinkiano dira que dans cette affaire les éléments constitutifs de l’abus de confiance sont réunis, même si les prévenus soutiennent que c’est le chauffeur qui est venu reprendre le véhicule à 5 heures. Ainsi, madame Joséphine va demander au tribunal de retenir Bangaly Kamano dans les liens de la culpabilité d’abus de confiance et de la condamner à un an de prison et au payement d’une amende de 500 mille francs guinéens.

Par contre, la procureure va requérir la relaxe pure et simple des présumés complices : capitaine Eloi Fodé Feindouno, adjudant Djénabou Coumbassa, brigadier chef Aminata Camara, brigadier chef Mory Mané.

En plus, Joséphine Loly Tinkiano va demander au tribunal de recevoir la constitution de partie civile de Thierno Aboubacar Bah.

N’ayant pas d’avocats, les trois prévenus présents (Bangaly Kamano, le capitaine Eloi Fodé Feindouno, adjudant Djénabou Coumbassa) ont réitéré leur position, à savoir ne rien savoir dans ce dossier. Selon Bangaly Kamano, « c’est le chauffeur qui connait cette affaire, ce n’est pas nous. On n’avait jamais enregistré une perte de voiture là-bas. Et, cela fait des années qu’il se gare là. Si vous me demandez de payer un tel montant, je ne sais pas comment je fais le faire. Je n’ai même pas un vélo ».

Le juge a mis le dossier en délibéré pour décision être rendue le 21 janvier 2018.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin