A l’image des autres villes du pays, la préfecture de Siguiri a entamé hier, lundi 17 décembre 2018, la troisième édition de la SENACIP. C’est le préfet Elhadj Ibrahim Kalil Keïta qui a procédé au lancement officiel de l’événement au lycée-collège Roi Hassan 2 de la ville. Devant les nombreux élèves présents à la cérémonie, l’autorité préfectorale a fait plusieurs exhortations, rapporte le correspondant de Guieematin.com dans la préfecture.

Ibrahima Kalil Keita, préfet de Siguiri

Outre les élèves, plusieurs cadres en service à Siguiri et une délégation venue du ministère de l’Unité nationale et de la Citoyenneté ont pris à cette cérémonie de lancement officiel de la semaine nationale de la citoyenneté et de la paix (SENACIP). L’occasion pour le préfet de Siguiri, Elhadj Ibrahim Kalil Keïta, d’interpeller les élèves sur leurs responsabilités. « Votre devoir, c’est d’étudier, de vous rendre plus tard utile à vous-même, à vos familles, à la nation et au progrès universel.

Vous ne pouvez pas le faire sans le travail. Le langage que nous avons pour vous, c’est de vous dire de travailler et surtout de bien vous conduire. Lorsque chacun sait ce qu’il doit faire et sait ce que l’autre doit faire, connaître ses limites et connaître les limites de l’autre, vous pouvez bien vous entendre et il n’y aura pas de problème », a déclaré l’autorité préfectorale.

Il a ensuite exhorté les uns et les autres à l’unité dans la diversité : « Aimer ton ethnie n’est pas mauvais en soit, aimer ta langue n’est pas mauvais, mais le fait de rejeter ton prochain, c’est ça le problème. Vous devez vous aimer.

La Guinée ne peut pas progresser sans l’unité et le pardon et sans l’acceptation de nos différences », a lancé le préfet de Siguiri.

Plusieurs activités allant dans le sens du renforcement de l’unité nationale, de la citoyenneté et de la préservation de la paix en Guinée sont prévues au cours de cette semaine.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin