Un groupe d’individus armés a attaqué la maison du feu Colonel Boukary Keïta, ex-préfet de Guéckédou, située à Lansanayah Takoui (Conakry). L’attaque a eu lieu dans la nuit du vendredi au samedi, 29 décembre 2018. Il n’y a pas de morts ni de blessés, mais les assaillants ont emporté plusieurs biens, a appris Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

L’attaque a eu lieu aux environs de 2 heures du matin à Lansanayah Takoui, un quartier de la commune de Matoto. Plusieurs hommes armés ont fait irruption dans la maison de l’ex-préfet de Guéckédou et ex-chef de cabinet de Gouvernorat de Mamou, le Colonel Boukary Keïta, décédé il y a quelques années. Ils ont ligoté certains membres de la famille qui étaient sur place, dont Tamba Mathieu Tolno, fils adoptif de feu Boukary Keïta, avant de fouiller systématiquement la maison. « Nous étions en plein sommeil lorsqu’un groupe de de 8 personnes s’est introduit dans notre concession. Ils ont commencé par là où se trouve mon oncle, ils ont braqué une arme sur lui et ont fouillé complètement la maison.

Après, ils sont venus avec mon oncle sur lequel l’arme était toujours braquée dans notre bâtiment. Nous avons entendu quelqu’un d’entre eux appeler un de ses amis en disant caporal, nous avons pensé que des agents de sécurité qui étaient venus pour fouiller la maison. Mais, c’est quand on a ouvert la porte qu’on s’est rendu compte que ce sont des bandits armés. Quand ils sont entrés dans la maison, ils nous ont mis à terre et nous ont ligotés mon frère et moi, ils nous ont fouillés et ont pris l’argent qu’on avait en poche avant de se mettre à fouiller la maison », témoigne Tamba Mathieu Tolno.

Le jeune homme ajoute qu’à l’issue de leur fouille, les attaquants ont pris « la télévision qui était au salon, des bijoux en or de la maman, les téléphones de tout le monde, des marchandises de la vielle qui vient juste de rentrer de Dakar pour des achats. Il n’y a heureusement pas eu de morts ni de blessés ».

Vu la sérénité dans laquelle les hommes armés ont mené leur opération, Mathieu Tolno pense qu’ils sont soit des agents de sécurité ou alors des complices de ces derniers. « Comment un groupe de bandits peut passer 3 heures de temps à fouiller une maison sans crainte ? Comment d’ailleurs ils ont pu venir jusqu’ici avec leurs armes sans être arrêtés alors qu’il y a des barrages dans tous les carrefours de Conakry la nuit ? je pense que si ce ne sont pas des agents de sécurité, c’est qu’ils sont en complicité avec eux. Comme je l’ai dit tantôt, j’ai entendu un d’entre eux appeler son ami caporal », a-t-il dit.

A noter qu’au terme de leur opération, les assaillants se sont enfuis avec leur butin vers une destination inconnue.

Moussa Oulen Traoré pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin