Avec le nouvel an, l’heure est au bilan dans les différents services de région de Kankan. Après celui la sécurité routière sur les accidents de la circulation enregistrés en 2018, c’est autour de la police militaire du camp Soundiata Kéita de faire le bilan de ses activités au compte de l’année écoulée. Plus de 200 personnes ont été interpellées et conduites à la police par ce service, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Au compte de l’année 2018, les agents de sécurité de la police militaire de Kankan ont réussi à mettre aux arrêts plus de 200 personnes. Selon les du Commandant Ibrahima Sidibé, chef de la garnison militaire et responsable de cette unité de sécurité, plus de 200 malfrats ont été arrêtés et conduit à la police. Des actions rendues possibles, précise-t-il, grâce aux différents Points d’Appui (PA) installés dans la ville et aux opérations de patrouille initiées par le Haut Commandement du camp militaire de Kankan.

Commandant Ibrahima Sidibé

« Au compte de l’année 2018, on a fait arrêter plus de 200 malfrats qui ont été conduits à la police avant d’être présentés à un juge. Parmi eux, de très renommés malfrats. En plus, c’est à l’initiative du Commandant du camp, le Colonel Mohamed Diané, que des Points d’Appui existent un peu partout en ville. Il a aussi mis un véhicule à notre disposition pour faciliter nos opérations de patrouille », a-t-il dit.

Dans ses explications, le Commandant Ibrahima Sidibé a fait savoir que les cas de vols de motos auront été les plus récurrents, et que les inculpés ne sont le plus souvent que des mineurs. « C’est grâce aux patrouille qu’on a arrêté plusieurs grands bandits de Kankan. Vous avez remarqué que les cas de cambriolage incessant des magasins et boutiques des commerçants ne sont plus d’actualité à Kankan ».

Pour cette année 2019, l’officier de l’armée sollicite l’implication des citoyens dans la lutte contre l’insécurité à Kankan « En 2019, le pari pour nous est de réduire le taux de banditisme à Kankan. Mais, lutter contre l’insécurité n’est pas seulement l’affaire des forces de sécurité, de défense et de la justice. Les citoyens doivent contribuer à l’arrestation des bandits, parce que ces derniers ne vivent pas en brousse, mais ils vivent dans les quartiers », a-t-il rappelé.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Tél : 00224 627 24 13 24

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin