Les responsables des deux sections syndicales du secteur des taxi-motos (CNTG et USTG) de la commune urbaine de Labé sont actuellement confrontés à une fronde interne qui conteste leurs légitimités en raison de l’expiration de leur mandat électif depuis février 2018, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Une délégation des conducteurs de moto-taxis composée des différents chefs des gares de la ville a rencontré hier, lundi 07 janvier 2019, les nouvelles autorités communales pour demander un appui en vue de l’organisation des congrès de renouvellement des bureaux exécutifs des deux sections syndicales de la corporation, à savoir la CNTG et l’USTG, accusées d’opacité dans la gestion des taxes de stationnement qui n’arrivent, dit-on, pas dans les caisses de la commune urbaine de Labé.

Alpha Oumar Savané

« Nous voulons avoir le congrès forcement, parce que le mandat de ceux qui sont dans le bureau actuellement est expiré depuis plus d’un an. Maintenant, nous prions les autorités de passer par tous les moyens pour organiser le congrès. Mais, nous remarquons que les responsables syndicaux refusent d’organiser le congrès. Cette mobilisation que vous voyez ici c’est pour montrer que nous voulons le congrès immédiatement » a expliqué au micro de Guineematin.com, Alpha Oumar Savané.

La délégation des chefs de gare a notifié aux nouvelles autorités communales de Labé que les conducteurs de taxi-motos ne vont plus verser les taxes de stationnement aux responsables actuels de leurs syndicats. « Nous sommes à la commune parce que nous savons que les taxes qu’on recouvre appartiennent à la collectivité. Nous voulons que les autorités communales désignent d’autres percepteurs, parce que nous ne reconnaissons plus ceux qui sont dans les bureaux des syndicats de la corporation actuellement. Ils ne parlent plus en notre nom. Nous n’avons plus de syndicats, parce que leur mandat est expiré » a précisé un des chefs de gare, Thierno Abdourahmane Diallo.

Les autorités communales ont promis de donner une suite à la revendication des conducteurs de moto-taxis le plus rapidement possible.
« Nous allons nous concerter pour prendre des dispositions en vue de résoudre cette crise au sein de la corporation le plus rapidement possible » a rassuré Thierno Younoussa Baldé, membre du conseil communal de Labé.
Il est à préciser qu’il y a environ 10.000 motos en circulation dans le secteur du transport en commun dans la ville de Labé. Et chaque moto est facturée à 500 francs guinéens de taxe de stationnement par jour.

Mais, en croire le maire de la commune urbaine de Labé, Mamadou Aliou Laly Diallo, cette recette qui n’arrive pas dans les caisses de la sa collectivité. D’où la nécessité de prendre des dispositions pour arrêter cette évasion fiscale sans précédent. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que l’Union Locale des Travailleurs de Labé (CNTG) et l’Union Syndicale des Travailleurs de Labé (USTG) tutelles directes des bureaux syndicaux contestés par la base ne font rien pour ramener le calme au sein du secteur des moto-taxis dans la ville.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin