La sortie de l’ambassadeur de la fédération de Russie, soutenant une prolongation du mandat du président Alpha Condé, continue de faire réagir les acteurs politiques guinéens. Elhadj Ibrahima Bangoura, vice-président de l’Union des Forces Républicaines (UFR), juge l’attitude d’Alexandre Bregadzé de « très dangereuse ». Le député l’a dit au téléphone d’un reporter de Guineematin.com hier, jeudi 10 janvier 2019.

Elhadj Ibrahima Bangoura

A l’occasion de la cérémonie officielle de présentation des vœux de nouvel an au président Alpha Condé, au nom des diplomates en poste à Conakry, Alexandre Bregadzé a pris de court de nombreux observateurs, tant il n’est pas dans son rôle. Le diplomate russe a dit en substance que « c’est à la Constitution de s’adapter aux réalités, ce ne sont pas aux réalités de s’adapter à la Constitution…On ne change pas un cheval au milieu de la rivière… ». Une manière d’encourager Alpha Condé à aller a delà des limites imposées par la Constitution Guinéenne.

Des propos qui ont choqué l’un des responsables de l’UFR. Répondant aux propos du diplomate Russe, qui dit que « c’est à la Constitution de s’adapter aux réalités », l’honorable Ibrahima Bangoura lui oppose le fait que « la Loi dispose pour l’avenir. Quand une situation se présente, c’est la Loi qui est là qui s’applique. On ne fait pas une Loi pour ça. On fait la Loi pour disposer pour l’avenir ».

Par conséquent, estime le vice-président de l’UFR, ce qu’Alexandre Bregadzé dit est erroné. « Ce qu’il dit sur la Constitution guinéenne est erroné, c’est illogique et même dangereux, très dangereux. Je condamne ces propos du diplomate ».

Toutefois, l’honorable Ibrahima Bangoura ne croit pas que ces propos soient la position de tous les diplomates en poste à Conakry. « Je ne coirs pas. Vous savez que les diplomates sont très polis. Même si ce ne sont pas des diplomates, une fois que vous avez dit à quelqu’un de porter votre parole, s’il fait une mauvaise communication, ce n’est pas sur le champ que ça se gère. C’est après qu’on rectifie. Je ne peux pas dire aussi qu’il parle à son propre nom. Mais, je condamne ses propos, ce n’est pas logique ».

Parlant du maintien du professeur Alpha Condé au pouvoir au-delà de son 2ème et dernier mandat, Alexandre Bregadzé a dit « qu’on ne change pas un cheval au milieu de la rivière ». Répondant à cette métaphore, l’honorable Ibahima Bangoura pense que « si le cheval n’est plus bon au milieu du gué, s’il ne veut plus aller, tu le laisses ».

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin