Comme annoncé précédemment sur Guineematin.com, l’ancien Haut Représentant du chef de l’Etat et président de l’UFR, a conféré avec la presse nationale ce vendredi 11 janvier 2019. Plusieurs sujets liés à l’actualité sociopolitique nationale ont été abordés au cours de cette rencontre : suspension de la grève des enseignants, le manque d’électricité, la fin du mandat des députés,…

C’est un Sidya Touré détendu, entouré de ses principaux collaborateurs, qui a échangé avec la presse pendant deux bonnes heures. S’exprimant sur la suspension de la grève des enseignants hier soir, le président de l’UFR a exprimé sa déception devant le fait qu’on ait perdu 3 mois avant de signer cet accord de sortie de crise. « Est-ce qu’on n’aurait pas pu signer cet accord en octobre ? Le fait de saboter l’enseignement aujourd’hui, c’est dans 10 ou 15 ans que cela va se sentir. Si pendant 3 mois on peut laisser pourrir une situation qui n’en vaut pas la peine… Mais, tout fini autour d’une table de négociations. On aurait pu régler cette situation en quelques jours ou semaines ».

Pour ce qui est des futures élections législatives et de l’expiration du mandat des députés, Sidya Touré a dénoncé le fichier électoral qui doit être revu avant le vote. « On a fait l’audit du fichier électoral et on s’est aperçu que 1 million 574 mille personnes figuraient sur ce fichier de manière frauduleuse. C’est des gens qui n’existaient pas et qui ont participé à toutes les élections. Si on n’enlève ces gens du fichier, ça ne vaut pas la peine qu’on aille aux élections. Donc, le problème fondamental réside là ».

Parlant de l’expiration du mandat des députés, l’ancien Haut Représentant du chef de l’Etat, dira que « nous sommes dans une forme d’impasse, le débat devient extrêmement politique. Mais, tout ça a été volontaire. Le président de la République n’a pas l’autorité pour proroger le mandat des députés. Il ne peut y avoir d’ordonnance du chef de l’Etat que dans la mesure où l’Assemblée Nationale n’existe pas du tout, c’est-à-dire que tous les députés ont quitté. Est-ce qu’on va quitter l’assemblée pour laisser libre-cours à ce que, dans un pays comme la Guinée, en plus de tous les pouvoirs que l’exécutif a, qu’on lui donne également la possibilité de légiférer par ordonnance ? Ou bien on va s’asseoir là pour conforter une position totalement illégale qui consiste à proroger ? La question essentielle, c’est quand va-t-on organiser ces élections ? Nous allons nous concerter avec les autres de l’opposition pour savoir quelle est la position à adopter ».

En ce qui concerne les problèmes liés à la desserte en électricité, Sidya Touré n’a pas mâché ses mots pour dénoncer la mauvaise stratégie du gouvernement dans ce secteur vital. « Nous vivons au quotidien les problèmes d’électricité. Personne n’a besoin de nous faire un discours sur la question. Dans la 9ème année du mandat d’Alpha Condé, est-ce que c’est à ce niveau qu’on devait débattre de ça ? C’est un débat stérile. On est entrain de construire des barrages vers la frontière avec le Sénégal, parce que c’est destiné en grande partie à être vendu. On n’avait pas besoin de mettre deux milliards de dollars US dans des choses comme ça, alors que la fourniture d’électrice pendant toute cette période n’a pas été faite aux populations pour permettre un meilleur niveau de vie, le développement des PME… »

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com
Tél : 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin