L’accalmie constatée actuellement sur le plan politique en Guinée ne devrait pas durer assez longtemps. C’est en tout cas ce que Cellou Dalein Diallo a laissé entendre ce samedi, 12 janvier 2019. A l’occasion de l’assemblée générale hebdomadaire de son parti, le président de l’UFDG a annoncé la fin de « la trêve » et la reprise prochaine des manifestations de rue. Des manifestations qui visent à empêcher le président Alpha Condé de rester au pouvoir au-delà de ses deux mandats constitutionnels, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Cette assemblée générale du principal parti de l’opposition guinéenne, l’UFDG, a démarré par la présentation des vœux de nouvel an au président du parti, Cellou Dalein Diallo. C’était en présence des députés, des conseillers élus du parti ainsi que d’une foule de militants.

Retournant l’ascenseur à ses partisans, le chef de file de l’opposition guinéenne est revenu sur les péripéties traversées par son parti durant l’année 2018, dénonçant « la persécution, l’emprisonnement, les assassinats et le hold-up électoral lors des élections locales ».

Par la même occasion, Cellou Dalein Diallo a prévenu que 2019 et 2020 ne seront pas des années de repos pour l’opposition. Il appelle donc ses militants à se préparer à « affronter le président Alpha Condé par tous les moyens légaux ».

Le chef de file de l’opposition guinéenne accuse le Président Alpha Condé, de vouloir organiser un glissement du calendrier électoral pour s’octroyer d’autres années supplémentaires en dehors de celles que lui confèrent la Constitution et les lois de la République. « Il (Alpha Condé : ndlr) a créé les conditions du glissement. Il a refusé d’installer la CENI au moment indiqué et l’assainissement du fichier électoral n’a pas été fait. Comme ils ont un agenda à eux et que le peuple de Guinée ne connait pas, on a traîné un an sur les élections locales, pensant que s’il ne réussit pas à s’octroyer le 3ème mandat, il pourra s’octroyer une prolongation du second en violation flagrante, dans tous les deux cas, des dispositions de la constitution. J’ai dit : soyez mobilisés, résister, refuser l’enterrement de notre démocratie. A partir de maintenant, considérez que la trêve est terminée, nous devons reprendre le combat, quel que soit le prix », a demandé le leader de l’UFDG qui dit compter sur l’engagement et la détermination de ses militants.

Par ailleurs, le chef de file de l’opposition a rappelé à qui veut l’entendre que sur la situation de Matoto, il n’acceptera aucune reprise de l’élection du maire. Une reprise qui permettrait, selon lui, à ses adversaires politiques, le RPG Arc-en-ciel, de s’emparer de la tête de la commune.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin