Tétanos maternel et néonatal : les femmes de 15 à 49 ans seront vaccinées en Guinée

Le tétanos est une maladie très dangereuse qui tue. Et, dans de nombreuses régions du monde, il demeure encore un véritable problème de santé publique. Cette maladie causée par une bactérie (clostridium tétani) est surtout présente dans les pays à faible revenu (comme la Guinée) où la couverture vaccinale est faible et où les accouchements sont généralement pratiqués dans de mauvaises conditions. Toute personne non ou mal vaccinée peut attraper le tétanos. Mais, les personnes les plus exposées sont les femmes enceintes, celles en âge de procréer et les nouveau-nés.

C’est pourquoi, en prélude au lancement de la campagne nationale de vaccination contre le tétanos maternel et néonatal en Guinée, le PEV (programme élargi de vaccination), en collaboration avec l’UNICEF a organisé hier, Mercredi 23 Janvier 2019, à la pharmacie centrale de Guinée, une rencontre d’échange et d’information sur le tétanos à l’endroit de certains journalistes à Conakry, rapporte le journaliste qui représentait Guineematin.com à cette rencontre.

Avec les hommes de médias, toutes les questions liées au tétanos, aux personnes à risque (les femmes enceintes, celles en âge de procréer et les nouveau-nés) et la politique du gouvernement guinéen et ses partenaires (notamment l’UNICEF) pour l’élimination du tétanos maternel et néonatal dans le pays ont été présentées et débattues par les participants.

Selon les informations, la Guinée fait partie des trois pays de l’Afrique de l’Ouest qui peinent à éliminer le tétanos maternel et néonatal. Et, pour cause « les femmes ne font pas souvent des accouchements hygiéniques », apprend-on.

Moustapha Dabo, coordinateur du programme élargi de vaccination

« C’est vrai qu’on va vacciner pour prévenir ; mais, il faut qu’à côté, qu’il y ait un accouchement propre, que le cordon ombilical soit bien traité.. .», a indiqué Moustapha Dabo, le coordinateur du programme élargi de vaccination.

Le tétanos maternel et néonatal est surtout évitable par la vaccination des femmes en âge de procréer. Mais, selon le calendrier de vaccination des femmes enceintes, il faut prendre une seconde dose un mois après la première pour avoir une période d’immunité de 3 ans. Une troisième dose devra être prise six (6) mois après la deuxième pour avoir une période d’immunité de 5 ans. La quatrième dose sera prise un an après la troisième pour avoir une période d’immunité de 10 ans. Et, la dernière et cinquième dose sera prise un an après la quatrième, pour avoir une période d’immunité à vie.

Dans le cadre du processus d’élimination du tétanos maternel et néonatal, la Guinée a prévu trois tours de campagnes de vaccination pour l’année 2019.

« Le premier tour concerne 3.079.051 femmes en âge de procréer dans les 38 districts sanitaires, avec un besoin en vaccin de 3.382.351 doses. Le deuxième tour concerne 1.715.451 femmes en âge de procréer dans 23 districts sanitaires où le risque de tétanos maternel et néonatal est très élevé. Il s’agit de Fria, Gaoual, Kaloum, Kissidougou, Kankan, Mamou, Labé… Le troisième tour concerne les districts de Fria, Kaloum et Dabola qui représentent le plus grand risque de tétanos maternel et néonatal, avec une population cible de 96. 315 », a expliqué la chargée de communication du PEV, Dr Mariame Anne, tout en précisant que trois stratégies (fixe, avancée et mobile) seront utilisées lors de cette campagne pour vacciner toutes les femmes âgées de 15 à 49 ans.

A noter que la campagne nationale de vaccination contre le tétanos maternel et néonatal est prévue du 29 janvier au 03 Février 2019. Mais, contrairement à celle de la poliomyélite (où on fait le porte à porte), c’est dans des sites identifiés dans les quartiers et dans les centres de santé et les postes de santé que les équipes de vaccination seront basées.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS