Le préfet de N’zérékoré a suspendu les activités du SLECG dans la préfecture jusqu’à nouvel ordre. Elhadj Sory Sanoh justifie cette décision par une cacophonie qui existerait à la tête du syndicat des enseignants dans la préfecture. Mais, le responsable local du SLECG parle d’un non-événement, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Elhadj Sory Sanoh, préfet de Nzérékoré

« Considérant les nombreuses irrégularités constatées lors du congrès du 16 décembre 2018 pour l’élection du bureau de l’union syndicale préfectorale du SLECG, lequel congrès ne valait pas la peine d’être tenu ; pour éviter tout conflit de compétence entre les membres du nouveau bureau et ceux de l’ancien bureau sur le terrain, le préfet décide que toutes les activités des bureaux de l’union préfectorale syndicale du SLECG sont suspendues sur le territoire de la préfecture de N’Zérékoré jusqu’à nouvel ordre ». C’est la décision prise par le préfet de N’Zérékoré, Elhadj Sory Sanoh.

Celestin Soumaoro

Mais, peu après l’annonce de cette décision, le responsable du bureau préfectoral du SLECG, Célestin SOUMAORO, a réagi en parlant d’un non-événement. « Il n’y a aucun conflit de compétence, c’est lui (le préfet) qui veut créer ça. J’ai reçu le courrier le lundi 28 janvier 2019, et je l’ai transmis au niveau du bureau exécutif national. Mais, je pense qu’il faut que monsieur le préfet essaye de revoir un peu ses prérogatives parce que là maintenant, il va me pousser à sortir de la maison. Puisqu’ il est administrateur, il n’a pas le droit de s’immiscer dans les affaires du SLECG. Le SLECG a procédé à une élection, on a mis un bureau en place. On considère donc cette décision du préfet comme un non-événement », a-t-il déclaré.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo LAMAH pour Guineematin.com

Tél : +224620166816/666890877

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin