Un chauffeur a comparu hier, jeudi 31 janvier 2019, devant la Cour d’Appel de Conakry. Il est poursuivi pour le meurtre d’un gendarme et la blessure d’un autre sur la nationale Dabola-Mamou. L’accusé tente de faire réduire la peine qui lui a été infligée par la TPI de Mamou et qu’il juge excessive, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Mamadou Billo Diallo, chauffeur, est poursuivi pour homicide, coups et blessures involontaires et délit de fuite. Cela, après avoir ôté la vie d’un gendarme et blessé un autre, le15 mai 2017, sur la route nationale Dabola-Mamou. Ce jour-là, l’accusé qui était en provenance de Mandiana pour Conakry avec 18 passagers à bord de son véhicule, a refusé d’obtempérer à un barrage érigé par la gendarmerie routière.

Après avoir forcé le passage, il a été pourchassé par deux gendarmes, en moto. Lorsque les agents de sécurité ont rattrapé le véhicule et ont voulu lui barrer la route, il a percuté leur moto. L’un d’entre eux est décédé et l’autre a été grièvement blessé. Par peur d’être lynché par des citoyens en colère, Mamadou Billo Diallo s’est rendu à un poste de gendarmerie.

Il a été traduit devant le tribunal de première instance de Mamou, qui l’a jugé et l’a condamné à 7 ans de prison ferme, au payement d’une amende de 10 millions de francs guinéens et au payement des intérêts de la partie civile. Mais, son avocat a trouvé la peine excessive et a décidé d’attaquer la décision devant la Cour d’Appel de Conakry.

L’accusé a comparu ce jeudi devant la juridiction où il a tenté, avec l’aide de son conseil, de faire réduire la peine prononcée en première instance. « Ce qui est arrivé à mon client, c’est un accident de la circulation, ce n’est pas un assassinat. Je vous demande d’être clément. Je vous demande d’infirmer cette décision rendue par le tribunal de première instance de Mamou sous la colère de la population révoltée de Mamou, en le condamnant au temps mis en prison », a plaidé maître Amadou Kourouma, l’avocat de la défense.

Mais, le procureur Mamadou Maladho Diallo, lui, estime que l’accusé est coupable des faits pour lesquels il est poursuivi. C’est pourquoi, il a demandé à la Cour de confirmer la peine prononcée par le tribunal de première instance de Mamou.

Après les débats, la Cour a mis l’affaire en délibéré pour décision être rendue le 14 février 2019.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 22

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin